Immersion totale partie 21: une petite nouvelle issue de l'univers de Thomas Robin

Immersion totale partie 21: une petite nouvelle issue de l'univers de Thomas Robin

post du 20 janvier

 Thomas entendit le bruit des pas de son geôlier s'éteindre doucement au bout du couloir.

Voilà, il l'avait laissé...

Il se précipita vers le battant et tapa violemment contre la porte.

- Reviens ici tout de suite !

Il donna un coup de pied dans la porte et grimaça immédiatement de douleur, la blessure encore récente de sa jambe ( voir la trilogie) se rappelant cruellement à son souvenir.

Il se dirigea en boitant vers un mur qu'il distinguait vaguement à l'autre bout de la pièce et il se laissa glisser doucement vers le sol priant qu'il ne soit pas imbibé d'eau.

Il ramena alors ses bras contre son corps pour essayer de conserver un tant soit peu de chaleur, challenge particulièrement difficile puisqu'un soupirail situé non loin de là laissait passer un froid glacial.

Bon sang !

Thomas se releva immédiatement.

Le soupirail ! s'il pouvait l'atteindre peut-être pourrait-il arriver à dévisser la plaque pour se glisser à l'extérieur ?

Un bon mètre, il lui manquait seulement un bon mètre pour atteindre l'ouverture.

Il plissa les yeux essayant de s'habituer le plus vite possible à l'obscurité.

Une caisse providentielle était-elle entreposée ici ?

Vu le degré d'intelligence de Nick Leroux, cela ne paraissait pas totalement impossible.

- Thomas ?

Le jeune garçon se figea.

- Thomas ?...Toi là....

- Olga ?

Il entendit un léger cognement contre le soupirail.

- Thomas ?

- Je suis ici ! jeta le jeune garçon avec espoir, va chercher les flics  !

- Pas flics ! mais moi t'aider à sortir... Toi avoir une copine ?

-  Olga ce n'est vraiment pas le moment, je...

- Si toi avoir copine...pourquoi m'aider ?

Il faut forcément avoir une arrière pensée pour aider les gens !  

- Moi dévisser la plaque....cherche quelque chose pour atteindre le trou....

- Euh oui...je....

Un énorme fracas retentit à cet instant suivi d'un terrible hurlement de douleur.

- Oh mon Dieu ! jeta Olga...Nikky...lui problème...je ...je reviens...

- NON ! Olga...re....

Un coup de feu retentit.

Un silence, un terrible silence puis des bruits de pas....et...soudain cette voix.

- Dis-moi juste où il est, murmura-t-elle de l'autre côté de la porte...Dis-moi où tu le gardes que je me fasse un plaisir de le tuer. »

A suivre....Michelle Huenaerts

Les commentaires sont fermés.