Immersion totale partie 4 : une petite nouvelle issue de l'univers de Thomas Robin

 

Immersion totale partie 4 : une petite nouvelle issue de l'univers de Thomas Robin dyn006_original_100_90_gif_56811_2313e870a7e0cbb7eb71ca81f941e298

IMG_10977

 

Il faisait moins froid que ce matin, remarqua Philip, tout en constatant que Thomas s’était arrêté à quelques mètres pour contempler la vitrine d’une librairie.

Il soupira bruyamment arrachant Thomas à la contemplation de la première page du « Sun »

- Oh ? ça t’intéresse donc ces histoires de meurtres ? C’est ton ami Sam qui est sur cette affaire ?

- Je n’en sais rien, répondit Thomas, subitement honteux en se rendant compte qu’il n’avait pas du tout pensé à interroger Sam à ce sujet. 

Il désigna à son ami le petit article en bas à droite.

« Un avenir est-il possible dans le monde du cinéma pour l’acteur Thomas Robin ?»

Il sortit quelques pièces de sa poche.

- Va l’acheter s’il te plaît.

- Prends aussi les autres journaux, tout ce que tu trouves. S'il n'y a plus de place pour moi dans la cinéma, je demanderai à Sam de me trouver une place au Yard !

Philip leva les yeux au ciel, acceptant malgré tout l’argent que lui tendait son ami.

- Ok, va m’attendre au marché de Camden Lock, je vais voir ce que je peux trouver…

- Merci

- Ne me remercie pas, je ne te rends pas service ! Je sais que ce ne sont pas les meurtres qui t'intéressent !

- Ok, acquiesça Thomas, je suis pitoyable, je sais !

- Ne dis pas de bêtises ! Toutes les carrières artistiques ont des hauts et des bas! 

- Sans doute.

Thomas remonta le col de sa veste pour se protéger du froid. Il se sentait tellement mal subitement ! La célébrité était-elle une drogue, un dangereux poison qui vous obligeait à rester le centre d’intérêt de tous pour ne pas souffrir mille douleurs ?

Je ne suis pas comme ça, pensa le jeune garçon. Je ne serai pas un « has been » pleurant sur son passé.

Il remonta Camden sans prêter attention aux vitrines lumineuses. Il dépassa même celle de son ami Peter Lewis plus connu dans le quartier sous le nom de « Méga Tatoo » (Voir le Châtiment des Mac law)

Il était juste ailleurs, perdu dans ses pensées.

Voilà pourquoi Thomas oublia que sa vie en dehors du cinéma n’avait jamais été des plus tranquilles et que le danger s’était toujours collé à ses pas tel un serpent épiant sa proie.

L’ombre l’aimait depuis tellement de temps et la mort l’avait frôlé tant de fois.

Mais il était à mille lieues de ça…et pourtant…

Et pourtant, l’ombre l’épiait ce jour-là tandis qu’il marchait en fixant les pavés mais bien sûr, Thomas ne la vit pas… ».

A suivre…Michelle Huenaerts

Les commentaires sont fermés.