• A rainy day partie 22. Une petite nouvelle issue du l'univers de Thomas Robin

    A rainy day : partie 22. une petite nouvelle issue de l'univers de Thomas Robin

     

    vu-gall-index-im_3141_1 Source :

     

    - Il faut vraiment que tu sois toujours aussi désagréable ! jeta Thomas en dégageant son bras.

    - Ne râle pas, Robin ! on entre dans la tanière des gros monstres alors tu devrais être content !

    Thomas haussa les épaules et franchit, à la suite du concierge et de Sam, les lourdes portes de chêne.

    - On ne pourrait pas éclairer légèrement ? demanda-t-il.

    Il discernait en plissant les yeux une grande forme au centre de  la pièce et disons que…bref, c’était un peu flippant.

    - Suivez la lumière de ma torche, répondit le concierge, je ne peux pas vous offrir plus d’éclairage sans déclencher une alarme, alors…

    - On a peur, Robin ?

    - Pas du tout ! je m’informe, rien de plus.

    La forme était en fait le squelette du diplodocus trônant au centre du hall.

    -  BOUUUUH !  jeta Jérémy Loyd , en poussant Thomas dans le dos !

    - AAAAAAAAHHHHHHH ! es…..es…..espèce d’idiot !

    Sam leva de nouveau les yeux en soupirant d’exaspération tandis que Jérémy Loyd éclatait de rire, mais…

    -Euh ?....ça….ça ne va pas, Robin ? Euh ? Monsieur Gallager…..il….je crois qu’il ne va pas bien……

    Thomas s’était en effet laissé tomber sur le socle du géant et il portait la main à sa poitrine ayant visiblement beaucoup de mal à respirer.

    -Misère ! dit Sam, il ne manquait plus que ça !

    - Qu’est-ce….qu’est-ce qu’il lui arrive ?

    - Thomas souffre d’hyperventilation, Jérémy ! Voilà ce que c’est de faire les malins !

    - Mince ! Je  vais être accusé aussi d’avoir tué Robin ?

    - Arrêtez de dire des bêtises !

    - Thomas, ça va mieux ?

    Le jeune garçon acquiesça doucement.

    - Oui ! C'est juste cet...cet... qui...

    - On arrête, d'accord ! Allez, en route tous les deux !

    Jérémy Loyd tendit la main à Thomas pour l’aider à se remettre debout.

    Thomas saisit la main tout en considérant le jeune homme avec méfiance.

    - Je …..tenta  Jérémy.

    - Laisse tomber, ok !

    - J’ignorais que tu….

    - Laisse tomber, je t’ai dit que j’allais bien, je...

    A ce moment-là, une sonnerie assourdissante retentit dans tout l’édifice.

    Thomas se figea sur place.

    Jérémy lui retendit immédiatement le sac.

    - Qu’est-ce qui se passe ? dit Sam.

    - C’est l’alarme, répondit le concierge, dépêchez-vous, il faut sortir d’ici vite ou…

    Un bruit métallique retentit provenant du plafond.

    - Qu’est-ce qui se passe encore, bredouilla Thomas.

    - Vite, la sortie ! jeta Sam .

    - Trop tard, dit le concierge !

    - Pourquoi trop tard ! s’affola Jérémy.

    Sam s’arrêta net et soupira.

    - Parce qu’on est enfermé, répondit-il.

    Il prit la torche des mains du concierge et balaya les pourtours de la pièce. d'immenses grilles obstruaient à présent les issues menant non seulement au cœur du musée mais aussi aux sorties.

    - C’est ça vos fameuses farces ? dit Sam.

    - Quelqu’un est entré, répondit le concierge, il a déclenché l’alarme.

    - Mais il est entré par où ? demanda le jeune inspecteur.

    - Probablement par l’arrière de l’édifice, je n’en sais rien.

    Sam sortit son portable de sa poche.

    - Je vais appeler des renforts ! Vous, essayez d’ouvrir la grille, jeta-t-il à l‘adresse de l’homme.

    - Je ne peux pas ouvrir la grille, le bouton d’ouverture est de l’autre côté…

    - Allô, ici, le inspecteur Gallager, quelqu’un vient de  pénétrer au Musée d’Histoire Naturelle...Oui, faites vite, c’est urgent !

    - Pourquoi est-ce si difficile d'ouvrir ? continua-t-il à l’adresse de l’homme.

    - Et bien…

    - Où est le bouton d’ouverture ?

    Le concierge se dirigea vers le grille du fond suivi par le jeune homme.

    - Il est ici, dit-il, en indiquant un bouton vert situé à plus ou moins un mètre de l’autre côté de la grille.

    - Il est de l’autre côté ? mais c’est insensé ! Où est la consigne ?

    - De l’autre côté aussi, soupira l’homme.

    - Mais c’est pas vrai ! ragea Sam, comment est-ce que je vais faire pour…pour atteindre ce bouton !

    Il sentit qu'on le tirait par la manche.

    -Sam ?

    - Plus tard, Thomas…je…

    - Sam ? Je crois que j’ai une idée pour atteindre le bouton.

    Le jeune homme se retourna légèrement excédé.

    - Je vous signale que pour atteindre ce bouton, Thomas, il nous faudrait un truc de plus d’un mètre, alors, à moins d’avoir le bras long, je…

    - A votre avis, Sam, répondit le jeune garçon, ça fait dans les combien une côte de dinosaure ? 

    A suivre…….(Michelle Huenaerts)

  • A rainy day partie 21 . Une petite nouvelle issue de l'univers de Thomas Robin

    A rainy day partie 21 . Une petite nouvelle issue de l'univers de Thomas Robin

    DSC_01401

     

    Thomas donna distraitement un coup de pied dans une petite flaque d’eau.

    Jérémy Loyd fit un bond de côté.

    -Tu peux arrêter deux minutes de faire le singe !

    Sam leva les yeux vers les lampadaires mouillés pour la dixième fois de la soirée.

    -Vous ne pourriez pas faire une légère pause tous les deux ? Jérémy n’oubliez pas la raison pour laquelle nous sommes ici ! Thomas, vous avez voulu venir, alors…

    -Bien sûr, ricana Jérémy , il veut à tout prix voir les grosses bêtes !

    - La ferme ! bougonna Thomas en baissant la voix pour s’assurer que seul son voisin l’entende.

    - Nous y voilà , dit Sam. Dépêchez vous !

    - Sauf qu’on est du mauvais côté de la grille, poursuivit Thomas en élevant légèrement la voix, on entre comment dans cette forteresse ?

    - On sonne à l’interphone, répondit simplement le policier en approchant l’index du bouton situé à droite de la grille.

    « Inspecteur Gallager de Scotland Yard, énonça-t-il »

    - Ah ! tout de suite, c’est nettement moins aventureux ! n’est-ce pas la star ?

    -Toi si tu continues…

    - Arrêtez, ok ! vous me filez le mal de crâne à la fin !  On est dans les problèmes jusqu’au cou au cas où vous l’auriez oublié et en plus on est pressé ! Jérémy, Gally Sullivan doit être en ce moment même chez vous et croyez-moi il est en train de mettre tout sens dessus dessous pour retrouver la clé !

    - La clé, s’écria soudain Thomas. Sam, on a oublié la clé !

    - Non , sourit le jeune homme; on a juste oublié une copie de très mauvaise qualité. Vous ne pensez quand même pas que je suis aussi stupide !

    - Mais vous êtes fou ! s’emporta Jérémy …vous… vous pensez que ce type va venir chez moi et …et…

    - Et c’est pourquoi, j’étais extrêmement pressé de partir ! répondit Sam

    -Mais…mais il….il va…tout saccager ! ma mère est à l’étranger mais quand elle va revenir , elle...

    - Elle vous retrouvera en vie, répondit le jeune policier et croyez-moi plus il se fera remarquer dans votre quartier, plus ça plaidera en votre faveur devant le jury !

    - Le…le jury mais qu’est-ce…qu’est-ce qui va m’arriver ?

    - La prison à vie, je crois, répondit négligemment Thomas, je pense honnêtement qu’ils ne vont pas te pendre, mais qui sait ?

    - Espèce de…

    -Le juge déterminera une caution, répondit Sam, vous en êtes à votre premier délit, vous devriez être en liberté jusqu’à votre jugement !

    - Mais…mais ensuite ?

    Le jeune policier soupira.

    - Ensuite, je n’en sais rien ! mais comme vous avez collaboré, avec un bon avocat vous vous en tirerez sans doute avec un sursis, ok ?

    Jérémy Loyd saisit le bras de Sam.

    - Pourquoi avez-vous fait ça, je veux dire, m'aider ?

    - Bonne question ! bougonna Thomas.

    - Cherchez pas à comprendre ! murmura Sam, je dois être légèrement stupide.     Ah ? voila notre homme !

    - La police à cette heure ? jeta le nouveau venu légèrement énervé, j’espère que ce n’est pas une blague parce que sinon je vous prie de croire que…

    Sam sortit son insigne de sa poche

    -Ah ? Et quel est le problème ?

    - Nous devons entrer ! répondit le jeune homme, menez-nous à la consigne , nous devons récupérer un objet !

    - Un objet ? vous avez oublié votre parapluie lors de votre dernière visite ?

    - Il s’agit d’un objet volé, répondit Sam, vous êtes en quelque sorte receleur, ajouta-t-il en souriant.

    L’homme dégagea le verrou de la lourde grille.

    - Et bien, on aura tout vu !

    - Est-il possible d’entrer ici d’une autre façon ?questionna Sam.

    - Pas sans déclencher l’alarme et…..et aussi d’autres petites farces, ricana l’homme.

    - Farces ?

    - Oh rien d’important, de toute façon , on ne va rien déclencher, alors…

    Thomas avisa les marches menant à l’entrée principale.

    - On va passer par là ? on va voir les dinosaures ?

    Le concierge se retourna , sa torche éclairant le jeune garçon, ses yeux scrutèrent ensuite le visage de Thomas comme s’il cherchait à se rappeler où…

    - Oui, ok c’est lui ! jeta Jérémy en attrapant le jeune acteur par le bras, je sais qu’il a l’air nettement moins stupide à l’écran mais c’est la différence entre fiction et réalité ! Vous lui demanderez un autographe plus tard, si vous voulez bien, ajouta-t-il. Pour l’heure, Monsieur Robin, doit absolument aller voir la grosse bête avec les grandes dents, il a gardé un cœur d'enfant !

    A suivre.......Michelle Huenaerts

  • A rainy day ( partie 20) Une petite nouvelle consacrée à Thomas Robin

    A rainy day partie 20 : une petite nouvelle issue de l'univers de Thomas Robin  

                         

    - Je n’ai plus de père ! répondit amèrement le jeune homme.

    Sam repoussa Jérémy pour le faire tomber sans ménagement dans un large fauteuil noir.

    - Vous avez raison, le terme est sans doute très mal choisi ! Il n’empêche qu’un homme est entre la vie et la mort actuellement par votre faute ! alors, celui que  vous avez dû rencontrer dernièrement et que vous appellerai comme bon vous semble…….père, géniteur, je me fiche du terme ! Je veux juste que vous me disiez ce que vous avez manigancé tous les deux !

    -Je n’ai rien manigancé avec ce lâche ! Il ne s'est jamais occupé de moi . Oui, Il m’a dit ce que tu avais fait, Robin en le dénonçant parce qu'il te faisait chanter et franchement, au moins pour ça, je ne peux pas t’en vouloir !

    - Je…je suis désolé, balbutia le jeune garçon …pour ça et pour…

    - Désolé ?

    Jérémy Loyd respira profondément.

    - Je ne pourrais pas avoir de l’affection pour toi, Robin ! même après tout ce que tu as traversé ( voir la trilogie) mais tu n’as pas à être désolé d’être ce que tu es. J’ai grandi et le public s’est détourné de moi, et il se détournera de toi aussi un jour !

    - Ce n’était pas une raison ! répondit Thomas.

    Sam s’éloigna doucement pour se poster près de la fenêtre. Il sourit.

    Il avait eu raison d’emmener Thomas, il le sentait, tout allait dépendre de lui.

    - Tu as du talent.

    Jérémy considéra fixement le jeune garçon.

    -Et…..et si tu savais comme je regrette de m’être perdu dans ce monde du cinéma ! Ils se fichent tous que j’ai du talent ou non, Jérémy ! Ton père n’avait aucun respect pour moi ; pour lui, j’étais juste une espèce de parvenu …et…et il voulait que ce soit toi qui ait le rôle, il faisait partie de la maison de production après tout et…

    Jérémy Loyd éclata de rire.

    - Nous n’avons rien de commun , Robin, et tu avais déjà eu des rôles avant qui t'avaient rendu célèbre ,il n’allait pas engager, même pour faire plaisir à mon père, un mec oublié depuis longtemps ! Mais, continua-t-il, j’y ai crû, il me l’avait laissé croire mais il ne voulait pas de moi à cause d’un quelconque talent de comédien, il me voulait pour se racheter de son indifférence.

    - Mais…mais alors pourquoi ? pourquoi as-tu voulu voler ce film ?

    La stupéfaction se lut sur le visage du jeune homme.

    - Comment…. Comment peux-tu savoir que….

    - Alors, c’est vrai ? intervint Sam.

    -Jérémy baissa la tête et acquiesça.

    -Comment avez-vous fait pour avoir ce film ? Le projectionniste était votre complice ?

    Le jeune homme releva la tête.

    - Je le connaissais et je savais que ses finances n’étaient pas au top  mais je savais aussi qu’il avait de nombreux talents et surtout qu’il avait accès au film.

    -Il l’a copié ?

    - Oui… un jeu d’enfant !

    Sam s’avança vers Jérémy Loyd et posa devant lui sur une petite table le sachet contenant la clé.

    - Et ceci ?

    Jérémy de rage saisit le plastique et l’envoya à l’autre bout de la pièce !

    -Ça ! cracha-t-il . Le fait que vous ayez pris ce truc, c’est notre arrêt de mort pour……pour moi…..pour… 

    Sam s’agenouilla à côté du jeune homme.

    - Vous vous êtes associé à un mec ayant très peu d’humour, Jérémy….Gary Sullivan n’est vraiment pas quelqu’un de fréquentable.

    - C'est qui ce Gary, tenta Thomas?

    -Il…..il devait négocier,un gars devait venir reprendre la clé…mais…mais la clé n’ouvrait pas la consigne…..Gary est devenu fou ! Il pense que c’est moi qui ait refilé une mauvaise clé ….que…que...
    - Que vous l’avez simplement doublé, continua Sam.

    - Le film, demanda Thomas…tu ne l’as pas encore vendu alors ?

    - Non ! soupira le jeune homme, il est toujours dans un disque dur à la consigne.

    - Quelle consigne ? 

    Jérémy releva la tête et sourit.

    - Là où je travaille chaque week-end. Au musée d’histoire naturelle. 

    A suivre.........( Michelle Huenaerts)