• A rainy day partie 3

    "A RAINY DAY"

    partie 3

     

     

    "L’homme assis derrière le volant émit un léger toussotement.

    - Bonjour, Monsieur Robin . Comment allez-vous ? 

    - Très bien Charles et vous ? Ah ! Auriez-vous l’obligeance de demander à votre voisin pourquoi il m’accompagne à cette « Première » alors qu’en principe il ne travaille plus pour l’agence de son père ?

    - Monsieur Robin demande…

    - Oh, ça va ! répondit Sam , vous savez Thomas que vous avez l'esprit aussi râleur qu’un haricot mouillé dans une boîte de petits pois secs !

    - Vous savez ce qu’il vous dit le haricot mouillé, Sam ?

    - Je m’en doute ! les légumes n’ont plus aucun sens de la politesse ! On peut y aller, Charles ! plus vite on sera arrivé moins vous devrez supporter «  Monsieur j’ai décidé de râler jusqu’à la fin des temps » !

    - Je n’ai pas décidé de râler jusqu’à la fin des temps et si vous voulez tout savoir, j’étais même plutôt heureux de vous voir jusqu’à ce que…

    - Moi aussi, je suis plutôt heureux que les circonstances me permettent de vous accompagner aujourd’hui. C’est un grand jour, non ?

    - Les circonstances ? Ah je le savais ! jeta Thomas.

    - Vous saviez quoi ?

    - Vous travaillez à Scotland Yard, je ne suis quand même pas stupide ! L’agence de garde du corps appartient à votre père ! or, il ne vous adresse presque plus la parole depuis que vous l’avez quitté pour entrer chez les flics, alors…

    - Vous savez que vous aussi vous pourriez travailler chez les flics ?quel sens de la déduction !

    - Même Buddy Turtle pourrait comprendre ça !

    - Qui ça ?

    - Qu’est-ce que vous fichez ici, Sam !

    Le jeune homme concentra obstinément son regard sur l’horloge du tableau de bord.

    - Sam ?...Allo….. satellite Gallager, ici Robin …retour immédiat en orbite autour de la terre , sinon…

    - Je suis en mission, murmura le jeune homme.

    - J'en était certain ! 

    - Oui ! oh, ça va ! 

    Thomas leva un sourcil accusateur.

    - Où est  mon  garde  du corps , le vrai ?

    - C’est une très bonne question.  En fait, je pense que sa voiture n’a pas dû démarrer ce matin.

    - Il y a 11 lignes et 273 stations de métro à Londres ! alors, ça n’est vraiment pas une excuse ! riposta Thomas.

    - Bon, ok ! On lui a demandé de rester chez lui, vous êtes content ! et en principe, je ne suis pas autorisé à vous mettre au parfum, alors….

    - Vous savez ce que je vais faire, Sam, si vous ne me parfumez pas copieusement endéans les trente secondes ? Je vais transformer votre mission en un cauchemar pire que « Freddy et les griffes de la nuit » !

    - Ah mais ç’est pas vrai ! pesta le jeune homme.

    Il tapa son poing contre le tableau de bord, enfuit sa tête dans ses mains en débitant une centaine de jurons inaudibles puis,  il considéra un instant Thomas et soupira profondément …..

    - Je vous aime bien tous les deux ! jeta à ce moment-là le chauffeur en souriant.

    Thomas et Sam tournèrent la tête vers l’homme en un même synchronisme.

    - C’est vrai quoi ! on ne s’ennuie jamais en votre compagnie ! Vous êtes plus marrants à trimbaler qu’Angelina Stone en tout cas !

     - De toute façon je le savais , maugréa Sam, impossible de garder un secret avec vous, autant apprendre à voler à un régiment de sumos !

    - Et donc, cette mission...

    --C’est top secret !

    - Mais pas pour moi, enfin Charles et moi,répondit Thomas en effaçant du doigt une dernière petite goutte d’eau courant sur le dos de sa main.

    - On surveille quelques individus bizarres !

    -C’est un peu vague, répondit Thomas. 

    - C’est sûr ! renchérit Charles.

    - Et vous croyez que pour moi c’est moins vague ? Mince, réfléchissez. Il va y avoir un monde fou à Leicester Square, il est normal que la police soit présente, non ?

    -Oui ! répondit Thomas, mais peut-être pas vingt centimètres derrière moi surtout que j’ai déjà un garde du corps en principe, vous vous rappelez ? C’est vous, continua-t-il, qui leur avez suggéré cette idée ? Vous pensez toujours que j'attire les problèmes n'est-ce pas?

    - Non ! ce n’est pas moi, soupira Sam, c’est l’inspecteur en chef. Il pensait que ce serait bien qu’il y ait quelqu’un dans la place. Parce que oui, c'est vrai, vous attirez les problèmes et... enfin...le Yard a reçu quelques petites mais très petites menaces au sujet de cette manifestation, rassurez-vous !

    Thomas blêmit légèrement.

    -  Bien sympathique tout ça et l’employé de votre père ? s’entêta Thomas.

    - Je lui ai suggéré de prendre une après–midi de congé, mon père n'a pas besoin de connaître ce petit arrangement.

    - Et il ne va pas remarquer cette supercherie ? Vous le prenez vraiment pour un apprenti demeuré ?

    -Pas vraiment pour un apprenti, répondit Sam en souriant mais c’est sûr, il va être furieux! mais résumons la situation : vous avez un garde du corps remarquable pour veiller sur votre célèbre petite personne. Il n'y aura donc aucun problème !

    - Remarquable et modeste !

    -Vous allez avoir la possibilité dans moins d’un quart d’heure d’arborer votre plus joli sourire et Angelina Stone fera même semblant d’être ravie de vous accompagner même si, ajouta le jeune homme en souriant, vous faites 10 cm en moins qu’elle, c'est une grande femme  !

    - Je ne fais pas …

    - Les filles du premier rang s’évanouiront comme à l’accoutumée, même si aujourd’hui vous ressemblez davantage à un paquet de sundaes en train de fondre qu’à une star de cinéma et…

    -  Angelina est ravie de m’accompagner, vous êtes simplement jaloux !

    -C’est pour ça les chaussures à talons ? sifflota Sam.

    Thomas gratifia Sam du regard le plus noir puis colla sa tête contre la vitre

    Il était furieux de se sentir si inquiet malgré l'apparente désinvolture de Sam 

     

    A suivre........Michelle Huenaerts

  • A rainy day (partie 2)

     

    "A RAINY DAY"

    partie 2

     

     

    En regardant encore une fois vers la fenêtre le jeune homme constata qu'une voiture attendait dehors.

    Mais évidemment aucune amélioration ! pas la moindre petite ébauche d’ébauche de minuscule éclaircie à l’horizon et de toute façon qui pouvait dire s’il y avait même encore un horizon !

    Attendre encore une minute.

    Oui d’accord, pensa Thomas, une minute ça ne va rien changer dans les faits mais ça va peut-être être suffisant pour arriver à me convaincre que tout va pour le mieux et que finalement de l’eau ça n’est que de l’eau !

    -Magnifique, maugréa Thomas en se décidant enfin à sortir de sa chambre non sans avoir jeté un dernier regard chargé de reproches à «  Buddy Turtle » sa tortue en peluche qu’il possédait depuis l’âge de quatre ans  et qui trônait bien au chaud au-dessus de la tablette du radiateur.

    Il s’engagea dans l’escalier en soupirant profondément et…

    Et il resta pétrifié au milieu de l’escalier, la bouche largement ouverte.

    - Vous?

    - Magnifique journée pour une « Première », vous ne trouvez pas, Thomas ? dit le nouveau venu.

    - Sam? Mais…mais qu’est-ce que vous faites là ?

    - Oh et bien c'est assez calme au yard en ce moment. Est-ce que ça vous dérangerait si je vous servais exceptionnellement,  encore une fois, de garde du corps ? répondit Sam Gallager en s’avançant vers le jeune garçon pour lui serrer chaleureusement la main. 

    - Vous avez prévenu votre père? 

    - Son agence de détectives et gardes du corps se porte bien, il n'avait rien donc contre le fait de me confier cette petite mission. Je suis là bénévolement.

    "-Mais...

    -Peut-être pourrait-on continuer cette conversation dans la voiture? sinon vous risquez d’arriver à la fin du film et je ne crois pas que John Clent, votre réalisateur, en serait très heureux ! Au fait joli costume.

    - C’est sûr ! de quoi rendre jaloux Georges Clooney!

    Sam ouvrit la porte, remonta le col de sa veste et considéra un instant les dalles mouillées serpentant au milieu du jardinet menant à la grille.

    - Je vous conseille de courir !

    Il planta aussitôt le jeune garçon et se précipita en courant vers la voiture.

    - Mais je rêve ! cria Thomas. Je suis quand même censé être une « star », non ? Il n’est pas prévu de parapluie dans votre contrat ? je ne vais quand même pas emprunter celui à fleurs de ma mère !

    - Euh ? quel contrat ? Je vous ai dit que je venait bénévolement par pure amitié Vous voulez peut-être aussi que je vous porte ?  Accélérez le mouvement !

    Le jeune homme tendit prudemment un bras vers l’extérieur pour le retirer immédiatement ! Il soupira, ferma un instant les yeux et s’élança à l’extérieur sur les pavés rendus glissants par l’eau.

    Sam ouvrit la portière arrière.

    - Evidemment, railla-t-il avec des chaussures à talon...

    -Oh ça va ! s’énerva Thomas en s’engouffrant dans le véhicule. En plus ce ne sont pas des chaussures à talon , je suis juste grand!  Mince! Je suis déjà trempé avant même le début des festivités , je vais avoir l’air malin à côté d’Angélina Stone 

    - Angélina Stone, l’actrice. Elle sera donc bien là ?

    - Oui,  répondit Thomas en frottant vigoureusement son costume pour essayer de se sécher quelque peu .

    Il  gratifia immédiatement Sam d’un regard soupçonneux.

    -Vous devez en principe veiller sur moi, Monsieur Gallager ! je ne sais pas comment, ni pourquoi je vous retrouve ici mais le fait est qu’il n’est pas question que…

    Sam porta la main à son cœur en considérant Thomas l’air complètement outragé.

    - Vous me faites beaucoup de peine, je me renseigne, c’est tout !

    - Elle ne fait pas partie de l’équipe, répondit le jeune garçon, mais elle doit arriver avec moi à  l’Odéon, c’est tout, alors je vous préviens, Sam...

    - Alors, je crois que je ne vais pas vous lâcher d’une semelle, répondit rêveusement le jeune homme.

    Mais rencontrant le regard courroucé de Thomas, il ajouta aussitôt :

    - Simple conscience professionnelle !

     

    A suivre..........Michelle Huenaerts

     

     

  • A rainy day première partie : petite nouvelle à partir des aventures de Thomas Robin

     

     

    Un jeune acteur et un inspecteur de Scotland yard.

    Thomas Robin et Sam Gallager mènent au cœur de Londres une enquête des plus incroyables.

    Retrouver Thomas Robin et Sam Gallager dans la trilogie 

    La trilogie fac.jpg

    Cette petite nouvelle pour vous. Sourire

     

    "A RAINY DAY"

    Première partie

     

     

     

    « 

     

    "A RAINY DAY"

    Première partie

     

     

    « Thomas, depuis la fenêtre de sa chambre, considérait avec effarement les trombes d’eau s’abattant sur Londres depuis des heures.  Les rigoles sur les bas-côtés de Church Row semblaient transformées en ruisseaux, les arbres pleuraient tels des fontaines quant aux passants, compressés sous leur parapluie, ils essayaient, sans grand résultat, de préserver tant bien que mal leur corps frigorifié par la pluie et le froid.

    Il se tourna vers le miroir et soupira à la vision du jeune garçon ( l’air complètement découragé) qui s’y reflétait dans son impeccable costume de gala.

    Misère !

    Il s’abattit sur son lit et contempla rêveusement ses souliers vernis.  Il doutait sérieusement que l’étiquette collée sur ses semelles porte la mention « conseillés sous la douche ou pour toute activité en piscine »

    Décidément, ce film allait lui pourrir la vie jusqu’à la fin des fins !

    Thomas fit le point sur les pénibles heures à venir.

    Tout d’abord, il allait devoir affronter des milliers de fans détrempés et, finalement pas tellement heureux, attendant sur Leicester Square depuis des heures.  C’était certain, avec une telle météo , ils allaient le haïr . Adieu côte de popularité ! Ensuite, comme un bonheur ne venait jamais seul, il faudrait jouer le jeu, le sourire figé,  en évitant de se moucher ou d’éternuer devant les télévisions et les photographes qui ne manqueraient pas de râler et pester (en essayant quand même de préserver  leurs appareils photo de la pluie) sur l’immense joie qu’ils ressentaient à devoir faire le pied de grue sous les averses pour le pur bonheur de capturer l’image d’un mec pour lequel, dans ce cas particulier, ils ne ressentaient qu’un sentiment assez mitigé qu’on pouvait traduire par : «  D’accord, sa tête nous fait gagner notre croûte mais si c’est pour devoir manger notre pain arrosé d’eau, on aurait franchement préféré rester au sec, quitte à faire régime ! »

    Thomas pensa, que de toute façon, quelle que soit la manière dont il aborderait ces gens, il allait être très difficile de ne pas se retrouver stupide le lendemain à la une des journaux, le costume détrempé et les cheveux dégoulinants.

    Mais finalement , tout bien réfléchi, il y avait pire que la mauvaise humeur des fans, les reporters et la pluie.

    Le must du must, c’est qu’il allait devoir aujourd’hui se coltiner un garde du corps !

    Bien sûr, Thomas comprenait parfaitement que, vu son aptitude à attirer les problèmes, sa maison de production était tout à fait en droit de vouloir préserver sa petite vie au moins jusqu’à la fin de la séance photo mais il n’empêche que son garde du corps, il y a longtemps, avait été Sam et il éprouvait une certaine nostalgie de ce temps où pimenter légèrement la vie de son meilleur ami ...enfin oui avouons, de pourrir légèrement la vie de son meilleur ami, lui apportait un ravissement sans nom.

    Mais voilà, Sam était inspecteur à Scotland Yard à présent et il avait bien mieux à faire que de lui servir de baby sitter surtout par temps de déluge!

     

    A suivre...........Michelle Huenaerts