• citoyens 2012

     

     

    header_centre.jpg

     

    Michelle nominée  "citoyen de l'année 2012 "

    Votez pour elle Sourire

    http://www.sudinfo.be/hommes_de_l_annee/centre

  • Petites nouvelles en passant

    objets-livre-00044.gif

    Bonjour Sourire

    J'espère que vous avez passé une très belle fête de noël.

    La nouvelle année pointe son nez. Souhaitons qu'elle nous apporte à tous un peu d'espoir et que nous puissions être le plus souvent simplement heureux.

    Je vous souhaite donc le meilleur pour 2013.

    Je vous embrasse et vous retrouve très bientôt.

  • La Trilogie

     

     

    Thomas Robin dans

    Le Châtiment des Mac Law

    L'Ecorce d'Or

    Le Maître des Loups

     

    Il est un jeune acteur célèbre mais s'il avait été bien davantage...

    400 ans plus tôt

    la trilogie.jpg

    Le Maître des Loups

    le Maître des loups 2.jpg

     Character : Thibaut Thys

    Quatrième couverture : F Vanparijs Huenaerts

    Photo première couverture : Michelle Huenaerts

    "Lorsqu’il avait croisé le regard de ce garçon et qu’il avait ensuite vu le tatouage ornant son bras, dès cet instant, allez savoir pourquoi, il avait su que la prophétie était en marche et que rien ne l’arrêterait, le moment était venu pour le pire probablement."

     

     

    "Que cachent les murs du cimetière de San Michele ? 

    Thomas Robin, jeune acteur britannique, aurait certainement préféré ne jamais découvrir le secret le liant à un alchimiste du nom de Thomas Loiseau mis à mort par son frère en 1654 pour haute trahison et sorcellerie.

    Malheureusement ce terrible secret a déjà été découvert par un personnage inquiétant des plus pervers  : Lorenzo Chioggi, noble Vénitien, aux manières si raffinées qui a pourtant déjà tant de sang sur les mains.

    Un homme apparemment fasciné par les loups.

    Celui-ci aura vite fait de découvrir que la pire faiblesse de Thomas Robin est son affection fraternelle pour l'inspecteur de Scotland Yard, Sam Gallager.

    Thomas n'aura donc guère le choix s'il veut sauver son ami.

    Il devra affronter ses pires terreurs et accepter son héritage caché dans l'un des endroits les plus mystérieux de Venise."

    Michelle Huenaerts 

     

     

    Le Maître des Loups-Michelle Huenaerts-T and co Editions



    Ce blog n'enregistre pâs les commentaires

  • Petites nouvelles en passant

     

    Bonjour Sourire

    Je suis désolée de ne pas vous avoir donné de nouvelles depuis longtemps.

    J'ai dû gérer deux foires du livre, à la suite, et je n'ai donc pas eu beaucoup de temps pour le blog mais j'ai eu, en échange, le plaisir de vous rencontrer. Du pur bonheur !

    J'ai pu aussi réaliser un rêve à la foire du livre de Mons : rencontrer Monsieur Henri Vernes.

    Lorsque j'étais petite, ma mère pour essayer de me faire aimer la lecture, me lisait tous les soirs les aventures de Bob Morane. Je pense qu'elle désespérait un peu !

    Et j'ai adoré donc j'ai lu.

    Ensuite, ado, je suis passée aux BD toujours de Bob Morane.

    Henri Vernes savait construire des histoires captivantes et il m'a donné le goût à la lecture puis le goût à l'écriture ou plutôt disons à l'envie de raconter des histoires.

    Bref, sans Henri Vernes, je n'aurais sans doute jamais écrit.

    Ceux qui n'aiment pas ce que je fais penseront  que ça aurait été une bonne chose ^ ^ mais, bref, je m'adressais plutôt aux autres Sourire

    Donc, j'ai pu le rencontrer et lui dire tout ça !

    C'était tellement surréaliste de lui parler et lorsqu'il m'a demandé les coordonnées de la maison d'édition....Vraiment surréaliste parce que je me revoyais, ado, assise dans mon lit à dévorer ses livres ou BD.

    J'ai rencontré Bob Morane, les amis, et j'en ai presque pleuré ^^...non, rectification, j'ai pleuré !

    Je vous embrasse.

  • La Porte d'Aval : fin

     

    La Porte d'Aval 

     découvrez l'enfance de Thomas avant qu'il.....

    Fin

    début Ici       

     photo bbbbbb

    Il avait déjà bien remarqué que quelque chose clochait lorsqu’il avait rejoint le salon. Marie et Eva, assises sur le divan mais chacune à une extrémité, lui avaient en effet adressé un bonjour très sec pour lui décocher ensuite un regard plein de haine.

    John, assis dans le fauteuil, avait levé les yeux au ciel en essayant de pas rire. Mais Thomas ne voyait pas ce qu’il y avait de drôle …et il ne comprenait pas pourquoi Eva et surtout Marie, dont il était presque sans nouvelle depuis un mois, lui offraient un accueil si glacial.

    Décidément, les filles étaient un sujet vraiment compliqué !

    Et maintenant, il était là, dans cette voiture, à contempler le tableau de bord alors que Marie se concentrait sur les trottoirs de gauche tandis qu’Eva se focalisait sur la circulation à droite.

    Soudain, quelque chose se passa qui rassura un peu le jeune garçon, Eva venait en effet de lui prendre la main. Thomas soupira, se tourna vers elle et lui sourit. Eva lui rendit son sourire….enfin !

    -Dis à cette espèce d’asperge aux allures de gourde qu’elle te lâche immédiatement, jeta Marie en français.

    Thomas déglutit péniblement et tourna la tête vers la gauche .

    -Qu’est-ce qu’elle dit, la grosse mal peignée ?

    Thomas tourna la tête vers la droite.

    -Elle….elle…..elle pense qu’il va sûrement pleuvoir, répondit Thomas sans trop réfléchir.

    -Qu’est ce que tu lui as dit à ton top-modèle au rabais ?  demanda Marie qui paraissait furieuse.

    Thomas tourna de nouveau la tête vers la gauche.

    -Je…je lui ai expliqué ….que…que tu craignais qu’elle m’écrase les doigts et…

    -Ecraser tes doigts ? Je vais t’écraser autre chose, moi ! lança Marie.

    Et se jetant sur Thomas, qui n’eut guère le temps de réagir, elle l’embrassa sur la bouche avec fougue !

    -Ma……Marie ?  qu’est-ce….qu’est-ce que tu …tu viens de faire, bafouilla Thomas complètement déboussolé….

    Mais le pire finalement, c’est qu’il n’avait pas trouvé ça si désagréable …et même en y réfléchissant…

    Mais Thomas n’eut pas le temps de réfléchir, Eva déjà avait levé la main et Thomas n’évita la gifle qu’en se jetant par terre sur le tapis de sol. Ce fut Marie qui la reçut malheureusement.

    -Ecoutez…..je…..ce n’est pas…

    Mais déjà au bruit et aux cris qu’il entendait, Thomas supposait qu’Eva venait de se faire mordre.

    On arrivait aux abords de Leicester Square et la voiture  avait ralenti pour se glisser dans le cortège .

    Thomas arriva, après beaucoup de difficultés à atteindre la poignée d’ouverture de la portière.

    Mi-rampant, mi-marchant, il s’enfuit alors du véhicule pour arriver à quatre pattes sur les pavés de la rue, abandonnant ainsi lâchement les deux filles à leur dispute et…à Sam !.

    Le jeune garçon quitta alors la route et s’élança sans réfléchir sur le trottoir au milieu de la foule pour rejoindre en courant l’Odéon .

    Décidément, « les filles » c’était fini, terminé !

    Mieux valait encore passer son temps sur une console de jeux….là, au moins, on avait plusieurs vies !

    -Excusez-moi….Madame, pardon Monsieur….

    -Si tu voulais être devant et bien t’avais qu’à arriver plus tôt…..ils se croient tout permis les gamins, aujourd’hui !

    Thomas s’approcha de la barrière.

    -Monsieur l’agent !……Monsieur l’agent !

    Le policier, présent dans la rue, se retourna et Thomas eut la surprise de reconnaître le représentant des forces de l’ordre auquel il avait déjà eu affaire à Liverpool Street.

    -Je…je dois passer, Monsieur l’agent…et…

    -Mais bien sûr !Monsieur Robin dit le jeune policier en s’approchant. Je suppose que vous aller l’escalader comme d’habitude ?

    -Euh ? oui, fit Thomas en se hissant au dessus de la barrière. Ça ne vous dérange pas, n’est-ce pas ?

    -Disons que si vous les aimez à ce point nos barrières, on pourrait se cotiser, les copains et moi,  pour vous en offrir une !

    -Ben, en fait, dit Thomas, qui après avoir frotté son pantalon et défroissé sa veste sous l’œil médusé des spectateurs, avait commencé à présent à signer des autographes ….en fait, j’ai pris un raccourci et…et j’ai dû ……

    -Monsieur Robin, continua  le policier , je peux vous poser une question ?

    -Euh ? oui.

    -C’est pas que je veux vous contrarier…..mais….mais ça vous dérangerait vraiment d’emprunter sagement le même chemin que les autres ?

    -Ben…..euh…..je ne sais pas….Vous ne trouvez pas que c’est plus rapide par ici ? dit le jeune garçon en considérant le long cortège des voitures de stars qui s’engageait à présent, presque au pas d’homme, le long de la rue bordant Leicester Square.

    -Oui, évidemment , répondit le jeune homme, vu comme ça.

    Thomas lui sourit mais sembla soudain se rappeler quelque chose et…….

    -Monsieur l’agent, il se peut…mais, il n’y a qu’une infime probabilité, n’est-ce pas…..mais enfin, on ne sait jamais…Si vous voyez un jeune homme blond, un peu énervé….

    Le jeune garçon fit une pause et sembla réfléchir un instant.

    -Non, enfin disons plutôt TRES énervé ! avec deux filles un petit peu débraillées et peut-être même légèrement …. mais très légèrement….. attention ! elles ne sont pas dangereuses…. enfin, je veux dire pour vous !  Bref, si vous les voyez et qu’ils vous disent chercher « Thomas Robin ».

    Il soupira et…

    -Est-ce que vous pourriez rappeler aux filles que le crime est un délit, Monsieur l’agent ! et pour l’homme, insistez bien sur le fait que frapper un enfant de moins de quatorze ans, c’est vraiment moche !

    Thomas serra la main du jeune homme.

    -Merci, Monsieur l’agent !

    Et sous l’œil incertain du représentant des forces de l’ordre qui comprenait décidément de moins en moins, il se dirigea sous les flashes des photographes et les cris de la foule, vers l’entrée de l’Odéon !

     

    Pendant ce temps-là, une cinquantaine de mètres en arrière, dans une certaine limousine, Sam avait toutes les peines du monde à séparer Eva et Marie qui semblaient bien décidées à présent à s’étriper jusqu’à la mort .

    Et évidemment, le responsable, LUI, s’était évaporé !

    Mais après tout, il n’était pas payé pour veiller sur elles ! alors, même si elles s’entretuaient…

    Il se tourna vers le chauffeur et lui dit :

    -Vous pourriez vous arrêter un instant, il faut que je descende ?

    -Mais…mais qu’est ce que vous comptez faire ? dit l’homme qui surveillait avec inquiétude la scène qui se déroulait dans son rétro.

    Sam sourit.

    -Et bien, je vais terminer mon contrat en beauté, répondit-il, je vais partir à la recherche de Thomas ! Mais cette fois, ajouta- t-il plus bas, il vaut peut-être mieux pour lui que je ne le retrouve pas !

     

    Epilogue

     

    Thomas retourna par la suite, assez souvent, dans la petite station balnéaire d’Etretat, d’abord pour achever le tournage, ensuite pour revoir ses grands-parents et bien sûr …Marie !

    Lorsqu’il allait là-bas , son premier rituel était de se rendre à la plage et là , pour autant que le permettait la marée, il s’installait le plus près possible de l’arche pour écouter le bruit marrant des galets charriés par la mer, un bruit un peu semblable  au roulement de billes au creux de la main.

    Si Thomas avait eu quelque appréhension, la première fois, à revoir la grandiose Porte d’Aval , celle-ci avait rapidement disparu.

    Bizarrement, aujourd’hui elle ne lui faisait plus peur.

    Lorsqu’il la regardait, à présent, se détacher si belle dans la lumière argentée de la mer, il n’y voyait plus, tout comme Guy de Maupassant, qu’une gigantesque forme d’éléphant trempant sa trompe dans la mer !

     

    FIN

    Ce blog n'enregistre pas les commentaires