• La Porte d'Aval : partie 119

     

    La Porte d'Aval 

     découvrez l'enfance de Thomas avant qu'il.....

    partie 119 début

    Ici       

     photo bbbbbb

    Sam regardait l’hélico s’élever dans le ciel et prendre la direction de Rouen.  La mer s’était retirée laissant, derrière elle, quelques flaques d’eau légèrement rougeâtres sous les premiers rayons du soleil.

    -Vous avez fait du bon travail, Monsieur Durant, dit le commandant Beaulieu.

    Sam soupira.

    -Il est entre de bonnes mains, murmura Vincent ,croyez-moi, il va s’en sortir !

    Mais le timbre de sa voix trahissait tellement les paroles qu’il venait de prononcer qu’elles ne furent d’aucun réconfort pour Sam.

    -Venez !dit l’officier, en se dirigeant vers le combi, la nuit a été longue pour tout le monde. Allez faire votre déposition et puis il faudra que vous pensiez à prendre du repos !

    -Je ne veux pas prendre de repos, répondit Sam…On remplit vos papiers et on file !

    -Si vous ne vous reposez pas ,vous ne serez jamais en état de prendre la route. vous me laisserez vos passeports et permis de conduire !

    -Mais…..

    -Il n’y a pas de « mais » , je vous les rapporterai dans l’après-midi, ensuite seulement vous irez à Rouen !

    -Quelle confiance !bougonna Vincent en pénétrant dans le véhicule.

    -Les parents du petit ont été prévenus ? demanda Sam .

    -Oui, ils seront à Rouen dans l’après-midi …..

     -Il faudrait que je téléphone à ma femme, soupira Vincent, elle doit être morte d’inquiétude à présent !

    -Tenez ! dit Sam , prenez mon portable. Vous savez que vous avez fait un boulot du tonnerre !

    -Oui…..bon, merci. Mais je ne recommencerai jamais, je vous l’assure ! Je me demande même si je ne vais pas ranger mes coupes de natation au grenier ! Où est votre père ?

    -Il est allé prévenir les Loiseau et je pense qu’il est resté avec eux ! Bon sang, ça a été si long d’attendre que cette foutue mer se retire !

    -Oui, murmura Vincent…..un vrai cauchemar …j’ai eu tellement peur que…..enfin…..

    Il soupira puis composa son numéro de téléphone .

    -Edith ?…oui, c’est Vincent…Comment ?  Vous voulez rire ? Mais non, je ne suis pas un lâche qui fuit ses responsabilités, je…mais pas du tout, je…non, il est impossible que je rentre tout de suite, je…mais ce n’est quand même pas de ma faute… Oh ! et puis allez vous faire ..(censuré) !

    Vincent coupa la communication.

    -Quelque chose ne va pas ? demanda Sam.

    -Oui, Gaëlle a donné naissance cette nuit à notre fille.

    -Mais c’est merveilleux, félicitation !

    -Non Sam, ça n’est pas merveilleux….ça ne sera merveilleux que si le petit vit et vous le savez très bien !  mais il faut qu’il s’en tire, continua- t-il, il s’est battu jusqu’au matin, il a tenu, ça n’est pas pour partir maintenant !

    Le véhicule avait à présent regagné le parking du poste de gendarmerie.

    -Vous savez,  dit l’officier en ouvrant les portes pour laisser descendre les deux hommes, je pense, Monsieur Durant que vous recevrez très probablement la médaille du courage !

    -Je vais être follement heureux avec ça ! maugréa Vincent.

    -Quant à vous, Monsieur Gallager , poursuivit- il, je pense que vous avez du talent et que vous seriez très utile à la police de votre pays. J’ai un ami qui travaille à Scotland Yard …et bref…

    Sam pensa que si quelqu’un lui avait parlé de cette opportunité seulement douze heures plus tôt , il aurait probablement bondi de joie….mais là ……

     

    Le gendarme Lafarge leur tendit leur déposition 30 minutes plus tard pour qu’ils la signent puis, il les déposa devant l’officier Beaulieu, assis derrière son bureau.

    -Commandant , demanda Sam, est-ce qu’on a retrouvé le téléphone du petit ?

    -Il est sans doute perdu à jamais, Monsieur Gallager !On n’a rien retrouvé sur Dekker, il prétend l’avoir jeté dans l’arche de La Porte d’Aval  après avoir laissé le gamin…Ce gars est vraiment complètement fou, continua l’officier, il prétend que La Porte D’Aval est un lieu de passage vers un autre monde ! Il nous a dit et je vous le cite textuellement : «  Monsieur Robin sera heureux de retrouver son cadeau d’anniversaire quand il sera de l’autre côté ! »

    -La Porte D’Aval, un lieu de passage vers un autre monde…..c’est le scénario du film…..décidément,  je crois malheureusement que ce gars évitera la prison ,il ira directement à l’asile !

    -Pourquoi vous intéressiez-vous tant à ce téléphone ? demanda Vincent tandis qu’ils regagnaient à pied (faute de permis) la fermette des Loiseau .

    - Je ne sais pas, répondit Sam …je me demande pourquoi il l’a détruit ?

    -Oh ! répondit Vincent, d’après lui, il ne l’a pas détruit puisque  l’arche est simplement un passage vers un autre monde…Ce type est vraiment complètement tordu !

    -Oui, il est tordu, dit Sam, mais c’est surtout un psychopathe de la pire espèce…pervers, sadique et manipulateur …..

    Il s’arrêta un instant, il avait tellement de mal à respirer…

    -Comme j’aurais voulu le tuer de mes mains, murmura-t-il !

    -Qu’il pourrisse quelque part, rétorqua Vincent, il ne mérite même pas notre haine, Sam !

    Le jeune homme ne répondit pas……

    Il s’étaient tous les deux engagés dans l’allée fleurie de la fermette quand……

    -Monsieur Gallager !

    Sam tourna la tête et vit Marie Ledoyen assise dans son fauteuil devant la table de son jardin . Ele ne faisait rien ,elle semblait simplement attendre….

    Sam fit signe à Vincent qu’il le rejoindrait plus tard et s’approcha du muret.

    -Ils…ils sont partis ,dit Marie, il y a une heure, Madame Elise et Monsieur Maurice…il y avait un monsieur avec une barbe avec eux….Est-ce qu’il va s’en tirer, Monsieur Gallager ?

    -Je…je ne sais pas, répondit Sam…j’aimerais vous dire oui mais…..

    -J’ai pu me lever hier, Monsieur Gallager….je voulais tellement l’empêcher de partir…mais……mais je n’y suis plus arrivée depuis. Je suis sûre qu’avec Thomas j’aurais .…Il m’avait invitée à Londres, vous savez …….

    -Vous êtes amoureuse de Thomas,  Marie, n’est-ce pas ? demanda Sam en souriant légèrement.

    -Oui ,en fait, vous savez, je lui ai menti…La première fois que je l’ai vu, je lui ai fait croire que je ne le reconnaissais pas… …

    -Et ce n’était pas vrai ? dit Sam.

    -Non ! bien sûr , comment a-t- il pu croire un seul instant que j’ignorais qu’il était Thomas Robin ?  J’ai vu tous ses films, vous savez et plusieurs fois…..quand j’ai su qu’il était le petit fils des Loiseau !Vous pensez que je devrai lui avouer plus tard ?

    -Dans une vingtaine d’années ,répondit Sam, mais un conseil, Marie, si vous êtes amoureuse de Thomas , ne lui faites pas un plan d’avenir trop détaillé…. vous savez, vous allez lui faire peur……

    -Mais….mais qu’est-ce que je dois faire alors ? demanda la jeune fille ….c’est que je veux l’épouser moi…et…….

    -Oh ! oh ! dit Sam, le mieux, ce serait de rester juste en contact, Marie, mais croyez-moi, ajouta- t-il, ne prononcez pas les mots mariage, épouser, maison, enfants avant au moins dix ans , d’accord!

    -Mais, c’est long dix ans !

    Sam fit un petit signe de la main à Marie et s’éloigna en murmurant :

    -Sacrée petite bonne femme ! dix ans de répit pour Thomas, ça sera toujours trop court !

    Mais il devait admettre qu’avoir conversé avec elle lui avait fait un peu de bien…c’était fabuleux d’entendre quelqu’un parler d’avenir et surtout d’avenir avec Thomas…

    Toutefois, dès qu’il eut refermé la porte, Sam retomba dans sa déprime…non, ça n’était pas fabuleux, parler d’avenir avec Thomas, c’était surtout insensé !

     

    À suivre.....

     

     

     

    Ce blog n'enregistre pas les commentaires

  • La Porte d'Aval : partie 118

     

    La Porte d'Aval 

     découvrez l'enfance de Thomas avant qu'il.....

    partie 118 début

    Ici       

     photo bbbbbb

    Elle avait bougé. Thomas en était presque certain.

    La lumière s’était inclinée vers la mer et elle illuminait à présent le décor autour de lui.

    Le jeune garçon distinguait une multitude de points lumineux dans la grotte. De temps en temps, durant une fraction de seconde, il arrivait même à focaliser sa vue sur l’un de ses points. Les détails de sa prison lui apparaissaient un instant plus nets et puis, de nouveau, le flou revenait.

    Mais Thomas, à sa grande stupéfaction, se rendait compte que la lumière de la digue si elle se déplaçait, ne pouvait venir que d’une chose : la grue du plateau de tournage!

    Et ce bruit assourdissant qui résonnait partout dans la cavité ne pouvait provenir que des hélices d’un hélico !

    Tout cela signifiait qu’on était à sa recherche et qu’on savait où le trouver.

    Il avait lancé ce message à Sam comme une bouteille à la mer et Sam avait compris.

    Dommage que ce soit trop tard, pensa Thomas. Et je ne peux même pas leur faire comprendre qu’ils entreprennent tout ça pour rien !

    Le jeune garçon referma les yeux, il se sentait complètement épuisé !

    Si seulement, il pouvait s’endormir de nouveau, malgré la lumière, le bruit et malgré cette eau qui montait toujours et qui lui arrivait à présent à la taille !

    Thomas entendit soudain un grand fracas à sa gauche,fracas suivi de…

    -Et merde ! il fallait bien que je me la prenne à un moment ou à un autre cette maudite roche !

    Le jeune garçon se sentit légèrement désorienté. Il connaissait cette voix. Je dois être mort , pensa Thomas. Mais même si j’ai fait un paquet de conneries dans ma courte vie, c’est quand même pas cool de m’obliger à partager le purgatoire avec Vincent !

    -Thomas ?

    Vincent se précipita vers le jeune garçon. il alluma une petite lampe de poche et Thomas vit de petites lueurs s’agiter devant ses yeux.

    -Vous….vous êtes mort quand ? 

     -Thomas ?…..mais …mais je ne suis pas mort, voyons !

    -Vous…vous êtes venu pour m’achever alors ?

    -Mais, bougre d’idiot….qu’est-ce que tu racontes ?

    Vincent se sentait complètement déboussolé,déboussolé et impuissant. Thomas n’allait pas bien, c’était certain. Il essaya de le déplacer précautionneusement pour l’amener contre lui. Thomas émit une légère plainte.

    -Ça …..ça va aller, bonhomme….

    Mais Vincent était persuadé que ça ne pouvait pas aller !

    Il considéra la chaîne. Il lui faudrait des heures pour en venir à bout avec les outils dont il disposait et d’ici là !

    Sa lampe de poche éclaira l’échelle en fer située un peu plus loin…..mais la chaîne était trop courte, c’était certain, impossible de…

    Il leva les yeux vers la corniche….

    Bon sang ! pensa- t-il, dans ce sens, elle n’est pas trop courte !

    -Thomas ! dit- il en lui tapotant la joue …Thomas, il ne faut pas dormir…

    -Par…partez…..laissez-moi….vous….vous ne devez pas rester ici !

    -Thomas, tu vas rassembler tes forces…je vais t’aider à monter sur mes épaules …..Il faut que tu atteignes la corniche…….

    -C’est….c’est trop tard….partez !

    -Mais non, je ne pars pas ! A ton avis, pourquoi j’ai risqué de me noyer pour venir jusqu’ ici !

    -Ça…..ça c’est….c’est encore un mystère, murmura Thomas, vous en avez sans doute marre de l’existence, un….un  placement risqué, peut-être ? ajouta- t-il en grimaçant légèrement de douleur .

    -Arrête avec ton ….ton stupide humour et bouge -toi de là !

    - C’est….. c’est trop tard pour moi !

    -Bien sûr que non ! dit Vincent.

    -Bien…bien sûr que si ! répondit Thomas.

    Vincent sentit les larmes lui monter aux yeux. Comme il aurait voulu tuer Dekker. Thomas était si pâle, il semblait même ne plus le voir …

    -Thomas, murmura- t-il doucement …écoute…je…..je ne vais pas te mentir, je sais que ça ne marcherait pas !  je…je pense que ta blessure est grave, Sam l’avait deviné mais tout le monde s’est mobilisé pour toi….et une équipe de médecins t’attend, ils  feront le maximum …

    Le jeune garçon ne bougea pas, qu’est-ce que ça pouvait bien lui faire. C’était trop tard de toute façon……

    Vincent sentit la panique l’envahir. Trouve quelque chose, pensa- t-il…vite !

    -Thomas, tu vas vraiment donner raison à cette ordure de Dekker ou tu vas donner raison à Sam ! Il a confiance en toi, il sait que tu vas t’en sortir. Tu ne  peux pas mourir sinon, jamais il ne se le pardonnera ! Tu ne peux pas imaginer dans quel état il est, Thomas ! Fais-le pour lui, pour tes   parents, Gaëlle, Laura et puis, lâcha- t-il à bout d’argument, fais-le aussi pour moi ! Parce que si tu ne bouges pas, je ne bougerai pas non plus et on finira par se noyer tous les deux !

    Le jeune garçon se souleva légèrement en émettant une légère plainte.

    -C’est…c’est bien …..courage, Thomas ! Agrippe ma main.

    Vincent le souleva et le hissa sur ses épaules.

    -La corniche est devant toi, agrippe-toi à la roche , je vais te pousser…après, je ne te demanderai plus rien…….rassemble toutes tes forces, on va y aller, bonhomme …à trois !Un…..deux…

    Vincent poussa Thomas de toutes ses forces et le jeune garçon referma ses doigts sur la corniche.

    Après tout, c’était sûrement mieux de mourir au sec que d’être noyé par la mer, il fallait qu’il y arrive !

    Vincent exerça une deuxième poussée. Thomas se hissa de toutes ses dernières forces et s’affala sur la roche !

    Vincent se précipita vers l’échelle métallique et rejoignit le jeune garçon.

    -C’est…c’est bien, petit….ça va aller !

    Il n’y avait plus qu’une chose à faire maintenant : attendre que cette maudite mer envahisse tout, puis qu’elle se décide enfin à se retirer.  Il faudrait des heures pour que les secours puissent accéder à la grotte et Vincent se demandait avec anxiété si Thomas pourrait survivre jusque-là.

    Il lui caressa doucement la joue et murmura :

    Je te demande pardon d’avoir été si détestable. Thomas, je t’en prie……bats- toi ! Tu ne peux pas mourir comme ça, je le sais, tu es le garçon qui traverse les miroirs, tu ne resteras pas de l’autre côté…….

    Vincent soupira, le jeune garçon semblait ne plus l’entendre…..

    Mais il ne fallait pas qu’il se laisse abattre car il lui restait encore une chose à faire ….une chose qui lui prendrait probablement plusieurs heures :briser cette maudite chaîne !

    À suivre.....

     

    Ce blog n'enregistre pas les commentaires

     

     

     

     

  • La Prophétie de la Joconde

     

    La Prophétie de la Joconde

    prophétie finale livre12 ok blog 2.jpg

     

    " La cupidité est le pire des fléaux, Monsieur Swann.  Si votre thèse s'avérait exacte, elle pourrait provoquer la folie chez beaucoup d'hommes voire...la mort"

    Michelle Huenaerts-la prophétie de la Joconde-En cours d'écriture.

     

    BonjourSourire

    Ce livre me demandera beaucoup de travail et donc un peu de temps.

    Pour  répondre à Emilie,non, aucun point commun avec l'histoire du Da Vinci Code.

    Je suis une grande passionnée d'histoire, d'histoire de l'art ( surtout la Renaissance ) et...de Léonard de Vinci. Dernièrement à Florence, au Palazzo Vecchio , une fresque de Léonard de Vinci a été découverte ( La bataille d'Anghiari) derrrière la fresque de Giorgio Vasari ( La bataille de Marciano) donc avec cet homme tout est possible et on peut s'attendre à tout et une certaine thèse m'intéresse beaucoup...

    Je vous embrasse. 

     

    Re) Bonjour Sourire

    Je vous remercie pour vos messages suite à mon accident. Et non ! Je n'ai pas voulu expérimenter le truc en vue de rendre plus crédible une scène de roman.  Merci Guido pour cette analyse mais franchement je ne prévois pas de me recycler dans les cascades !  Mais bizarrement se faire très peur peut permettre, je le pense, de dire un bon gros mot bien impoli à tout ce qui tente de nous déprimer. Ouvrir les fenêtres, respirer, mesurer sa chance...

    J'irais bien voir un concert de Keane  ^^

     

    Ce blog n'enregistre pas les commentaires 

     

  • La Porte d'Aval : partie 117

    La Porte d'Aval 

     découvrez l'enfance de Thomas avant qu'il.....

    partie 117 début

    Ici       

     photo bbbbbb

    -Je suppose que vous ne pouvez pas aller plus près ? cria Vincent à l’homme qui lui attachait le filin autour de la taille.

    -Non ! répondit celui-ci en essayant de couvrir le bruit de l’hélice,ça n’a l’air de rien, mais il y a trop de vent ascendant près de la falaise on pourrait s’écraser . On va devoir vous laisser ici ! Essayez de nager parallèlement à la côte pour aller le plus près possible de la grotte sinon  vous risquez de vous retrouver dans les anciens parcs à huîtres …mais n’allez quand même pas trop près sinon vous risquez d’être fracassé sur la roche….de toute façon, on vous retient par le filin….mais ça va faire du remous !

    -Entre nous ! jeta Vincent, tout ce que vous me dites là….c’est bien pour m’encourager n’est-ce pas ?

    -Je…ça va pas être du gâteau, Monsieur…ce que vous tentez là, je dirais même que c’est impossible ! Vous voulez toujours y aller ?

    -Non ! cria Vincent, je ne veux plus y aller ! mais, ajouta- t-il en se laissant glisser en dehors de la cabine de l’hélico, je vais y aller quand même ! et comme disait l’autre : "impossible n’est pas français "…

    -Ça y est, dit Sam en se tournant vers son père. Regarde, il descend !

    -James ! cria-il, lorsqu’il sera en  bas ,concentrez votre lumière sur la mer ….Il faut éclairer le chemin jusqu’à la grotte pour le guider !

    -Ok, Monsieur Gallager ! hurla le chef machiniste, on va vous faire ça !

    -On a trouvé un hôpital à Rouen pour accueillir le petit, murmura le commandant Beaulieu .S’il est gravement touché, on ne pourra pas le rapatrier en Angleterre. C’est un sacré gaillard, votre copain nageur, il fait un métier à risque ?

    -Non, répondit Sam en souriant légèrement…non en fait il  est banquier et de plus  je pense bien qu’il détesteThomas 

     -Oh ! fit le commandant légèrement abasourdi. Et que fait- t-il alors, pour les gens qu’il aime ?

     

    Vincent venait de toucher l’eau.

    Si quelqu’un lui avait prédit, ce matin, qu’il risquerait sa vie pour sauver un gamin appelé Thomas Robin.

    Alors résumons, pensa- t-il : ne pas tomber dans les parcs à huîtres à gauche …ne pas se fracasser sur les rochers à droite…et ne pas se noyer à cause de l’hélico au-dessus. Un vrai parcours de santé, quoi !

    Vincent essaya de rassembler ses forces. La lumière venant de la côte lui éclairait la route menant à la grotte et il se mit à nager dans la direction de la Porte d’Aval .

    Au bout de quelques mètres , il se sentit pourtant déjà complètement épuisé.

    Les remous de l’hélico provoquaient, en effet, d’immenses vagues et progresser dans ces conditions était plus que difficile.

    N’envisage même pas d’échouer ! pensa-t-il car si tu n’arrives pas cette à putain de grotte, et si tu survis, Gaëlle et Carabosse, elles, te tueront !

    Le jeune homme trouva dans cette dernière réflexion une incroyable énergie !

     

    Ce blog n'enregistre pas les commentaires