• Salon des auteurs de St Ghislain

    Thomas Robin dans

    Le Châtiment des Mac Law

    L'Ecorce d'Or

    Le Maître des Loups

     

    Il est un jeune acteur célèbre mais s'il avait été bien davantage...

    400 ans plus tôt

    la trilogie.jpg

    Bonjour Sourire

    Ce petit mot, juste pour vous signaler que je participerai bien au salon des auteurs de St Ghislain ce samedi 4 et dimanche 5 aoùt de 14h à 18h à la tour Ockeghem.

    Je vous fais mille bisous.

     

    PS : Je n'ai pu me rendre à cette manifestation suite à un accident de voiture, petit détour par les urgences et plus de voiture mais finalement tout se termine sans trop de dégâts. Quelques bosses et une grosse frayeur, celle de se retrouver coincée dans une voiture qui s'est retournée au milieu de la route, la tête en bas et sans pouvoir sortir. Heureusement pour moi, si vous lisez ce message c'est qu'on a pu finalement me faire sortir ^^. Encore désolée pour ce rendez-vous raté.

    Ce blog n'enregistre pas les commentaires

     

  • La Porte d'Aval : partie 116

     

    La Porte d'Aval 

     découvrez l'enfance de Thomas avant qu'il.....

    partie 116 début

    Ici       

     photo bbbbbb

    Thomas ouvrit les yeux.

    Il avait froid…tellement froid !

    Oh ! pourquoi avait-il fallu qu’il se réveille dans ce fracas assourdissant qui remplissait la grotte de partout.

    Il était toujours assis le dos contre la roche mais ses pieds étaient à présent trempés.

    L’eau montait, elle envahissait tout et commençait à recouvrir ses jambes.

    Thomas gémit en essayant de se soulever de quelques centimètres et de ramener quelque peu ses genoux vers sa poitrine. C’était toujours ça de gagné entre lui et la mer.

    Bizarrement, le jeune garçon n’avait plus peur mais il s’en voulait beaucoup d’être sorti du sommeil. Il aurait été tellement plus simple de s’endormir et de ne jamais se réveiller.

    De toute façon, tout était fini pour lui !

    Il avait mal à la tête et ne pouvait savoir s’il faisait réellement très sombre ou si c’était lui qui ne distinguait plus rien.

    Mais ce qu’il devinait par contre, à présent, c’est que Dekker avait raison : le choc qu’il avait reçu à la tête, lorsqu’il l’avait projeté contre le mur, était tel qu’il aurait déjà dû le tuer sur le coup. Alors, d’une façon où une autre, il allait mourir, c’était aussi simple que ça !

    Il pensa amèrement à ses leçons de natation.

    Il revoyait Victor, Edith….les filles…. 

    Et puis, ce fut un autre visage qui s’imposa à lui : Eva !

    Est-ce qu’elle pleurerait un peu ?

    Le jeune garçon fut alors envahi tout naturellement par un immense chagrin, il pensa à ses parents, à Gaëlle, à Sam et à tous ceux qui l’aimaient. Ses grands- parents qui vivaient dans les Hight Lands et ceux qu’il venait de retrouver, ici, à Etretat. Et puis, il y avait sa nouvelle copine Marie. Avait-il  rêvé ou non lorsqu’il l’avait vue se lever.

    Thomas pensa que tous ces gens auraient de la peine quand ils sauraient, une peine au moins égale à celle qu’il ressentait à l’idée de ne plus les revoir.
    Puis soudain…

    Soudain, Thomas fut aveuglé par une vive lumière venant d’après lui de la digue.

    Il ferma brusquement les yeux, les rouvrit et essaya de concentrer son regard pour arriver à distinguer quelque chose.

    Mais il ne distinguait rien, il ne voyait qu’une vive clarté mais tout le reste était flou et même les roches à l’intérieur de la grotte, bien qu’auréolées à présent de lumière, semblaient, au travers de son regard, n’avoir aucune réelle existence !

    Puis, tout à coup, un énorme bruit d’hélice déchira le silence.

    Thomas poussa un cri et essaya de reculer encore de quelques centimètres, il lui semblait qu’à présent les vagues s’engouffraient avec plus d’acharnement à l’intérieur de la grotte.

    À suivre.....

     

    Ce blog n'enregistre pas les commentaires

     

     

  • La Porte d'Aval : partie 115

    La Porte d'Aval 

     découvrez l'enfance de Thomas avant qu'il.....

    partie 115 début

    Ici       

     photo bbbbbb

    Tous les regards se tournèrent vers le commandant Beaulieu.

    Celui-ci soupira.

    -Ok !votre plan est complètement foireux et si ça rate, ce qui est certain ! on n’a pas fini d’avoir des ennuis…mais, il y a un autre problème :  où va-t-on faire atterrir l’hélico pour vous charger ? On n’aura pas le temps d’aller à leur base !

    -Attendez, chef ! dit le gendarme assis devant l’ordinateur, il y a une solution : La Falaise D’Amont ! Il n’y a pas de coupure d’éclairage là-bas, continua l’homme en consultant son écran, et il y assez de place pour atterrir près de la chapelle des Marins.

    -Très bien, essayons !  Prenez la direction des opérations, gendarme Lafarge et envoyez un hélico avec équipement de plongée et matériel de secours à la Falaise d’Amont. Il  faudra aussi alerter tous les hôpitaux de la région pour…

    -Les hôpitaux de la région, ça ne sera peut-être pas suffisant, soupira Sam, je crois que c’est grave d’après les indices que j’ai relevés au pied de la falaise…

    L’officier soupira lui aussi et considéra les hommes présents dans la pièce.

    -Tous autant que nous sommes ici, nous voulons sauver ce gamin , alors, arrêtons de perdre du temps !

    Sam posa sa main sur l’épaule de Vincent

    -Je…..

    -Vous avez entendu, Sam ? Ne perdez pas de temps….Allez m’éclairer cette foutue falaise et.....bref, fichez le camp, je déteste les adieux !

    -Oui…oui, j’y vais , répondit maladroitement le jeune homme en se dirigeant vers la porte.

    -Sam ? cria Vincent.

    -Oui ?

    -Lésinez pas sur l’éclairage hein !

    -Ne vous inquiétez pas, ça sera comme en plein jour !

    -Monsieur Gallager ?

    Le jeune homme se retourna.

    -C’est..c’est vrai, demanda Elise…qu’on….qu’on peut encore espérer ?

    -Oui, répondit Sam, on peut encore ……donnez-moi les clés du break, il faut qu’on se dépêche !

    Maurice lança le trousseau.

    Sam, suivi de son père, se  dirigea alors en courant vers la voiture des Loiseau.

    -C’est quoi ton plan ? demanda Timothy ,tandis qu’ils montaient tous les deux dans le break…je veux dire, comment tu vas l’illuminer cette falaise ?

    -On va utiliser la grue géante sur laquelle l’équipe du tournage a monté les spots d’éclairage !  James Price , le chef machiniste, m’a parlé de leur puissance….c’est hallucinant…ils peuvent t’illuminer plusieurs rues de la ville s’ils montent la grue assez haut, alors, ils pourrons forcément éclairer cette falaise !

    -Et tu sais la manœuvrer cette grue ?

    -Non ! c’est pourquoi on file d’abord à l’hôtel de la Porte d’Aval pour réveiller James Price !

     

    Thomas ouvrit les yeux…..

    Il avait froid…tellement froid !

     

    À suivre.....

     

     

     

    Ce blog n'enregistre pas les commentaires

     

  • Petites nouvelles en passant

    Swan.jpg

    cygne3.jpg

     

    Bonjour Sourire

    Créer un nouveau personnage est toujours, pour moi, un moment d'attente. Je laisse le hasard me porter et parfois le hasard me porte à une évidence.

    Mon nouveau personnage s'appellera Terry Swann. Je peux le ressentir à présent pleinement. Je vais donc pouvoir écrire cette histoire : la prophétie de la Joconde.

    Je pourrai vous le présenter, je l'espère bientôt, mais ensuite je vais prendre le temps pour essayer de vous offrir une belle histoire.

    Elle débute déjà pour moi par la rencontre avec un cygne noir d'où le nom de Swan ,j'ai ajouté un deuxième "n" d'où Swann.

    Saviez-vous qu'avant, lorsqu'on parlait de cygne noir, c'était pour évoquer un évènement improbable . Il fut une époque où on pensait qu'il n'y avait que des cygnes blancs. Comme quoi, tout est possible !

    J'aime les évènements improbables et je me nourris de petits signes du destin comme le fait que cet oiseau soit devenu de façon improbable mon ami et que ce nom me soit venu pour mon nouveau personnage.

    Un peu comme dans cette chanson même s'il s'agit d'un cygne ...ou d'une évidence Sourire

    Je vous embrasse et vous en dis plus bientôt.  Clin d'œil

  • La Porte d'Aval : partie 114

     

    La Porte d'Aval 

     découvrez l'enfance de Thomas avant qu'il.....

    partie 114 début

    Ici       

     photo bbbbbb

    Dekker se releva brusquement, l’officier l’obligea à s’asseoir et dit :

    -Gendarme Laurent, mettez cette ordure au frais et prévenez les Loiseau qu’il y a encore une chance pour le petit….mais….mais ne leur laissez quand même pas trop d’espoir !

    Il se tourna ensuite vers Sam.

    -Bien joué ,Monsieur Gallager, mais ce n’est, malgré tout, pas une très bonne nouvelle  car si le petit est là-bas , je ne vois pas comment on va pouvoir l’en sortir !  C’est la pleine lune aujourd’hui, on va au moins vers un coefficient  de 95.

    -C’est quoi un coefficient de 95 ? demanda  Sam.

    -C’est ce qu’on appelle une marée moyenne de vive eau, répondit l’officier…..En clair, ajouta- t-il en regardant l’horloge placée sur le mur derrière le bureau, ça veut dire que dans deux heures toute la grotte sera inondée. Il y a bien une corniche à l’intérieur qui  permet de s’abriter si on est bloqué là-bas à marée haute, il y a même une échelle en fer pour y accéder  mais si le petit est attaché, je ne vois pas comment on pourra le sauver…Surtout, ajouta- t-il en soupirant, qu’il faudrait y arriver à cette grotte, l’eau a déjà bien monté maintenant.  On ne peut plus y aller à pied mais il y a malgré tout trop peu d’eau pour y accéder en bateau, c’est trop dangereux, surtout à cause des anciens parcs à huîtres !

    -Un hélico ! jeta Sam, c’est évident, il nous faut un hélico et une équipe de secours avec du matériel pour briser la chaîne….il faut s’approcher suffisamment près…et….

    -Je ne sais pas si vous avez remarqué, rétorqua l’officier, mais il y a une énorme panne de courant du côté de la Falaise d’Aval, aucun hélico ne pourra y accéder dans le noir.

    Sam regarda le gendarme dans les yeux.

    - L'oeuvre de Dekker ! Mais l’éclairage, je vais vous en trouver, ça ne sera pas un problème !

    - Mais de toute façon, rétorqua le gendarme, qu’est-ce que vous voulez faire ?

    -Il faut héliporter quelqu’un le plus près possible de la falaise.  Le gars sera relié à un filin, on le fera descendre et là, il tentera de rejoindre la grotte. Après, il faudra qu’il arrive à trouver un moyen pour briser la chaîne et amener Thomas sur la corniche et puis, malheureusement, on ne pourra plus qu’attendre que la mer se retire.

    -Mais vous êtes fou ! personne ne fera cela, c’est impossible ! Le gars se fracassera sur les rochers ou se noiera à cause des remous de l’hélico sans compter les parcs à huîtres dont je vous ai parlé et puis, de toute façon, le gosse sera sûrement déjà…

    -J’irai, coupa Sam. Trouvez seulement un hélico !

    -Non, dit  une voix derrière lui, vous n’irez pas…c’est…c’est moi qui irai !

    Le jeune homme se retourna.

    -Vincent ? Qu’est….qu’est-ce que vous racontez ?

    -Ben, je dis que je vais y aller.  Attention, je ne dis pas que ça me ravit ! Je dis seulement que, dans cette situation, je suis le plus apte à y aller !

     -Personne n’ira ! jeta l’officier, et surtout pas un civil, c’est trop tard et c’est du suicide ! de plus, ajouta- t-il, ça n’est pas réglementaire !

     -Ça vous fera une belle jambe, répondit Vincent , si le petit meurt de façon réglementaire ! Je veux tenter le coup…vous pouvez seulement imaginer comment va finir ce gamin !

     -Mais …mais Vincent, pourquoi dites-vous que vous êtes le plus apte ? demanda Sam abasourdi.

     -Une sélection pour les J.o dans l’équipe de natation, il y a quinze ans , c’est loin, je sais, mais je suis resté très bon nageur, je vous assure et puis, je fais également de la plongée à mes heures , c’est pourquoi, je pense, qu’il vaut mieux que ce soit moi qui y aille !

     -Vous avez une femme, riposta Sam…bientôt un enfant …moi, je n’ai rien à perdre et…

     -Ce n’est pas notre situation familiale qui sauvera Thomas, rétorqua Vincent, c’est notre aptitude à ne pas nous noyer ! Vous voulez le sauver ou jouer les martyrs ?

     Vincent se tourna vers l’officier.

     -Alors, qu’est-ce qu’on fait, on reste ici à papoter ou on essaie de le sauver ce gosse ?

     

    À suivre.....

     

    Ce blog n'enregistre pas les commentaires

     

  • La Porte d'Aval : partie 113

     

    La Porte d'Aval 

     découvrez l'enfance de Thomas avant qu'il.....

    partie 113 début

    Ici       

     photo bbbbbb

    Le jeune homme blond relâcha légèrement la pression tandis que les quatre hommes en uniforme présents dans la pièce le considéraient avec étonnement.

    -Vous êtes de la famille, demanda l’officier posté derrière le bureau, quel est votre nom ?

    -Sam Gallager ….Je suis le garde du corps du petit et je crois que si on se dépêche, on peut encore le sauver, il faut que vous me laissiez parler à Dekker !

    L’homme derrière le bureau sembla hésiter .

    -Excusez-moi commandant ,dit un gendarme assis au fond de la pièce derrière un ordinateur….. après tout…enfin... je veux dire…si…si c’était vrai…

    -Oui…si c’était vrai ! soupira l’officier , vous avez sans doute  raison. De toute façon, on ne peut rien en tirer alors….

    Il se tourna vers Sam.

    -Je suis le commandant Beaulieu…. Allez-y, tentez votre chance !

    Le jeune homme entra dans le bureau toujours suivi de Vincent et Timothy ; le jeune gendarme les laissa passer .

    Sam s’approcha de Dekker.

    -Je sais où est Thomas !

    -Je suis heureux de vous revoir, Monsieur Gallager.

    -Et bien disons que c’est partagé ! cracha Sam.

    -Vous savez ,Sam, vous avez été dans toutes les dernières pensées de Monsieur Robin. …Où est Sam ? Est-ce que Sam est vivant ? Est-ce que, continua- t-il en prenant une voix suppliante, est-ce que vous me laisseriez faire mes adieux à Sam ?

    Sam Gallager se précipita sur Dekker.

    Le TUER. Il voulait le TUER mais il fut retenu à la dernière minute par le jeune gendarme blond. Celui-ci lui souffla tout bas :

    -Calmez-vous, Monsieur, je sais que c’est dur mais…

    Dekker avait tout entendu.

    -Oui, calmez-vous Sam ! Monsieur Robin ne m’avait pas dit que vous étiez si violent, surtout que c’est un peu de votre faute ! Si seulement il n’avait pas essayé de vous porter secours…

    Sam respira profondément, jamais il n’avait ressenti une telle haine mais, s’il continuait à se laisser dominer par ses émotions, il n’arriverait à rien ,or, il fallait qu’il soit sûr ! il fallait risquer le tout pour le tout !

    Il fit signe au jeune gendarme que tout allait bien. Celui-ci le lâcha.

    -Je sais que Thomas est dans la Grotte du Trou de l’Homme, dit- il.

    -La Grotte du Trou de l’Homme, répéta Dekker…..vous en avez de l’imagination, Monsieur Gallager.

    -Vous niez ?

    -Evidemment, répondit Dekker.

    Sam réfléchit.

    Si Dekker s’était rendu si vite, c’est qu’il était pressé d’avoir son heure de gloire, peut-être pourrait- il l’atteindre sur ce tableau ?

    -C’est vraiment dommage pour vous, jeta Sam.

    Et il continua :

    -Vous savez, Messieurs, je ne crois pas que vous tenez le bon meurtrier et vous en serez d’ailleurs tout à fait sûr, demain, quand vous retrouverez le corps de Thomas Robin dans la grotte près de la Porte d’Aval.  Moi, personnellement, j’ai la preuve que c’est là qu’il est, donc, si Monsieur Dekker l’ignore, c’est qu’il  n’est pas l’assassin…c’est un simple fabulateur, somme toute comme, ajouta-t-il, le souligneront tous les journaux demain ! 

    -Vous essayez de me piéger, cria Dekker, vous bluffez, vous ne savez rien !

    -« J’aurais voulu ne jamais jouer cette scène » dit Sam en se penchant vers Dekker et en posant ses deux mains sur les accoudoirs de sa chaise.  La seule scène que Thomas ne voulait pas tourner, c’était celle de la Grotte du Trou de l’Homme, et vous avez tellement de haine envers lui, continua- t-il, que vous avez poussé le vice jusqu’à lui faire visiter l’endroit où vous comptiez le tuer….J’ai vraiment été stupide de ne pas avoir compris plus tôt ! MAINTENANT, JE VAIS ALLER LE CHERCHER !

    -VOUS N’Y ARRIVEREZ PAS ! hurla Dekker… et je me fiche de ce que vous savez parce qu’il sera  trop tard !  Vous pensez encore le sauver , je le sais, mais quand je l’ai quitté, il n’avait plus qu’un souffle de vie …et  la mer monte Monsieur Gallager……ça sera marée haute très bientôt, vous ne l’avez pas remarqué…..Alors, comment allez-vous  faire pour repêcher votre petit protégé !

    Sam chancela légèrement , Dekker crachait le morceau mais c’était si terrible à entendre.

    -Il ne suffira pas d’aller le chercher, Sam, continua- t-il, il faudra encore briser la chaîne à laquelle il est attaché car, ajouta- t-il un large sourire aux lèvres…car malheureusement , ce cher Monsieur Price ne trouvera plus aucune clé pour ouvrir le poignet de fer, je crois les avoir égarées …Aussi, Thomas Robin ne s’en sortira pas parce que j'en ai décidé ainsi !

    Sam aurait voulu étrangler Dekker mais il savait qu’il y avait mieux à faire. Il lui jeta donc simplement :

    - Je le sauverai que ça vous plaise ou non ! et à la première page des journaux, demain, ce sera sa photo qui s’affichera et VOUS, vous resterez dans le néant …à jamais !

    À suivre.....

     

    Ce blog n'enregistre pas les commentaires

  • La Porte d'Aval : partie 112

     

    La Porte d'Aval 

     découvrez l'enfance de Thomas avant qu'il.....

    partie 112 début

    Ici       

     photo bbbbbb

    Cette information fut suivie d’un long moment de silence, puis...

    -Mais….mais pourquoi a- t-il fait ça? balbutia Maurice.  C’est bon signe ?

    Timothy détourna les yeux.

    -Que ce soit bon ou mauvais, répondit Sam, pour nous, c’est du pareil au même, c’est de toute façon notre unique chance ! Allons-y Maurice ! ajouta- t-il, où est votre véhicule?

    -Oui…oui, je vous conduis, la gendarmerie est un peu plus haut, la voiture est ici, sur la place.

    Sam nota immédiatement que le timbre de la voix du grand- père de Thomas était inhabituel et il arrivait très bien à se mettre à sa place.  

    Passer tant d’années à se priver (probablement par orgueil ) d’un être aimé et puis au moment où tout semblait enfin possible…

    Le jeune homme s’affala sur la banquette arrière.

    Et lui, comment avait- il pu vivre toutes ces années sans deviner qu’un jour il vivrait ce cauchemar?

    Il avait fait des conneries, il était sorti en boîte et avait bu à une époque plus que de raison, il avait couru les filles,  s’il avait su ! S’il avait pu deviner qu’un jour sa vie serait liée au souffle d’un garçon de treize ans.  Et qu’arriverait- il, si ce souffle était balayé ?

    Si seulement il l’avait écouté quelques heures plus tôt lorsque ce même garçon de treize ans avait retenu son bras.

    « Ne partez pas, Sam »

    Il n’arrivait pas à faire taire ces mots.

    -On y est, dit simplement Maurice.

    Sam hésita quelques secondes.

    Avait-il réellement envie d’y aller ? avait- il réellement envie de savoir ?

    Personne n’était préparé à devoir mettre sur la table tant de courage tout en se sentant si détruit, si faible !

    Comme un automate, il sortit du véhicule et suivit les autres dans le bâtiment.

    Il ne put alors réprimer un cri de surprise.

    -Vincent ?

    -J’étais…..j’étais chez Madame Loiseau……Gaëlle s’inquiétait tellement…enfin…je suis venu et…. et…. maintenant on est arrivé dès qu’on a su, murmura le jeune homme qui était assis sur une banquette en bois dans l’étroit couloir. Votre femme est dans ce bureau, continua- t-il à l’adresse de Maurice, elle vous attend….J’ai ramené la petite Marie chez elle, ses  parents sont rentrés , elle n’allait pas très  bien mais c’est normal, n’est-ce pas….

    -Et Dekker ? demanda Sam.

    -Il est dans l’autre bureau, là-bas. Je ne l’ai pas vu. Ils sont en train de le cuisiner, je crois , mais il ne veut pas parler.

    Il soupira, se tourna vers Sam et continua :

    -Je suis désolé pour vous ,ça doit être terrible ! moi-même, si vous saviez comme je m’en veux. Comment vais-je bien pouvoir annoncer ça à Gaëlle, ça va la tuer, c’est sûr !

    -Il vaut mieux attendre ,dit Sam, tout n’est peut-être pas perdu ?

    -Pas perdu ? Qu’est-ce que vous voulez dire, Sam ? Je ..excusez-moi, je….je peux vous appeler Sam ?

    Le jeune homme acquiesça,Vincent continua :

    -Croyez-moi, Sam, Thomas est mort et tout est perdu pour elle….Elle l’aimait tellement ce gosse…et moi-même… 

    -Qu’est-ce….qu’est-ce que vous dites ? murmura  le jeune homme qui sentait subitement un froid terrible traverser son corps…..Thomas est …est mort ?

    Vincent considéra un moment Sam, l’air incertain ..puis…

    -Oh ! mon Dieu ! Vous ne saviez pas….Dekker est venu ici pour avouer qu’il l’avait tué…et…..

    Vincent n’arriva pas à continuer.

    Timothy n’eut pas le courage de se tourner vers son fils.

    Il savait que la nouvelle venait de le toucher plus durement qu’un coup de poignard dans le cœur. Il était certain que Sam avait malgré tout encore espéré et il savait qu’en ce moment, il aurait voulu pleurer….hurler….tout casser !

    Le jeune homme se laissa tomber sur le banc.

    « NE PARTEZ PAS ,SAM, NE PARTEZ PAS…»

    Les mots résonnaient encore plus fort dans la tête du jeune homme tandis, qu’assis sur la banquette, il s’abattait la tête entre les mains.

    Il aurait tellement voulu faire taire ces mots.

    Pardon, pensa- t- il…oh ! Thomas…

    Mais soudain, à son propre étonnement, les mots se modifièrent, ils disaient à présent : « il n’a jamais été question de cette scène, Monsieur Clent, on ne pourrait pas la faire ailleurs ? »

    C’est alors que quelque chose tomba sur le sol avec le bruissement d’ un léger battement d’ailes.

    C’était la feuille de route qui venait de glisser de sa poche.

    « Il y a une scène du film qui a été changée ..et…et je ne l’aime pas beaucoup…»

    Sam ramassa la feuille , la déplia.

    Détail de la scène final n° 32

    Casting : 1- Thomas Robin 

                 2- Mathew Robert

    Lieu de tournage : Grotte du Trou de l’Homme (Porte d’Aval)

    Sam n’alla pas plus loin dans sa lecture, d’autres mots venaient de s’imposer dans sa tête :

     « J’ AURAIS VOULU NE JAMAIS JOUER CETTE SCENE »

    -BON SANG !

    Et, en un éclair, il fut debout !

    -Mais …mais qu’est ce que tu fais, balbutia Timothy.

     Sam se précipita dans le bureau où était retenu Dekker.

    Vincent et Timothy, complètement désorientés, se levèrent et le suivirent.

    -Vous ne pouvez pas entrer ici ! jeta un jeune homme blond en uniforme en essayant de le repousser dehors.

    Sam vit Dekker assis devant un bureau en bois.

    Il le considéra un instant puis jeta au gendarme qui semblait mener l’interrogatoire :

    -Il vous ment ! il n’est pas mort !

    À suivre.....

     

    Ce blog n'enregistre pas les commentaires