• La trilogie Thomas Robin

     

     

                           La Trilogie

    la trilogie.jpg

    Et si nous pouvions renaître?

    Serait-ce pour le meilleur...

    ou le pire ?

    Thomas Robin dans

    Le Châtiment des Mac Law

    L'Ecorce d'Or

    Le Maître des Loups

     

    Bonjour Sourire

    Beaucoup de travail cette semaine car  je souhaite aller de plus en plus à votre rencontre et ça demande pas mal d'organisation.

    Je voudrais aussi remercier Sylvie pour son aide.

    Je vous embrasse et vous retrouve très bientôt pour vous poster la suite de La Porte d'Aval.

    Michelle

  • La Porte d'Aval : partie 94

     

    La Porte d'Aval 

     découvrez l'enfance de Thomas avant qu'il.....

    partie 94 début

    Ici      

     photo bbbbbb

    -Tu lis quoi ? risqua- t-il prudemment.

    -Ça te regarde ?.

    -Je ?…bien sûr que non….mais enfin, je me disais qu’on pourrait discuter un peu quoi…

    -Arrête de te ficher de moi, je parie que si je me reculais de cette table, tu prendrais tes jambes à ton cou !

    -Mais….mais pourquoi ? répondit Thomas désorienté.

    -A cause de ça !

    La jeune fille s’écarta de la table et Thomas comprit alors qu’elle était assise dans un fauteuil roulant…

    Le jeune garçon resta sans voix un moment.

    -Et bien, qu’est-ce que je t’avais dit ! lança hargneusement Marie.  Fiche le camp maintenant !

    -Qu’est-ce……qu’est-ce qui t’est arrivé, demanda Thomas remis de sa surprise.

    -T’es encore là ! aboya la jeune fille.

    -Oui, je suis encore là !…et arrête de m’agresser, qu’est-ce que je t’ai fait !

    -Un accident de la route !

    -Quoi ?

    -J’ai eu un accident , je roulais à vélo  et puis une voiture…bref…ça fait huit mois maintenant. Les médecins disent que je devrais marcher….que ce n’est pas normal…Ils pensent que tout ça, ça se passe dans ma tête !

    -Que ça se passe dans ta tête ou non , ça n’ arrange pas ton problème, n’est-ce pas ?

    Marie plongea un instant son regard dans celui de Thomas.

    -Tu es toute seule ? ajouta le jeune garçon.

    -Oui, mes parents ont un petit resto le long de la digue, répondit le jeune fille qui semblait s’être un peu radoucie…et c’est la pleine saison qui commence….surtout qu’on tourne un film en ce moment…. je ne sais pas quoi…..mais je sais que toutes mes copines d’école traînent par là !

    - Et…tu n’es pas avec elles ?

    -Non ? je crois qu’elles n’avaient pas trop envie de m’emmener….de toute façon, je ne les vois plus souvent en dehors de l’école depuis mon accident….et puis, ajouta-t-elle sur un ton légèrement amer, elles n’ont qu’une envie depuis quelques jours…

    -Quoi ?

    -Elles sont toutes folles parce que Thomas Robin vient à Etretat et elles veulent le voir !

    Le jeune garçon se raidit quelque peu.

    Marie continua :

    -Je n’ai jamais vu ses films…Il paraît qu’il est très beau ! Mais, moi, je parie que ce n’est qu’un sale prétentieux puant !

    -Euh ? puant ? peut-être pas, risqua Thomas…tu n’en sais rien.

    -Qu’est-ce que tu veux qu’il soit d’autre ?

    -Ben….

    -Tu vois, tu es d’accord avec moi !

    Thomas renifla machinalement ses manches…où est-ce qu’elle avait été chercher ça ? Il se lavait tous les jours, après tout !

    -Qu’est-ce que tu fais ? dit Marie.

    -Euh ? rien….je…je me disais, si tu t’ennuies...on peut peut-être aller faire un tour ….

    -A la plage ? voir les équipes de tournage .. peut-être les acteurs…et peut-être même Thomas Robin ! Oh !  ça me ferait tellement plaisir ! lança Marie subitement radieuse.

    -Je ? c’est que….je …je pensais que…que tu trouvais qu’il puait…..

    -Oui, enfin, ça n’empêche pas d’aller le voir, non ?

    À suivre.....

     

    Ce blog n'enregistre pas les commentaires  

  • La Porte d'Aval : partie 93

     

    La Porte d'Aval 

     découvrez l'enfance de Thomas avant qu'il.....

    partie 93 début

    Ici      

     photo bbbbbb

    Thomas suivit les conseils de sa grand-mère, il enfila un jean, son tee-shirt gris….

    Tiens au fait, pourquoi le gris ? Il ne l’avait plus porté depuis ce fameux jour dans le métro où il avait tant espéré voir Eva.

    Les paroles d’Edith lui revinrent en mémoire « si tu crois que cette fille se console aussi facilement de t’avoir perdu……»

    Secoue-toi, Thomas ! pensa-t-il, ce qui est fait, est fait !

    Il descendit l’escalier, traversa précautionneusement le salon pour ne pas réveiller papy et sortit dans le jardin  qui entourait la petite fermette.

    Apparemment mamy avait un point commun avec Edith, elle adorait les fleurs.

    -Tu loges chez les Loiseau !

    Thomas sursauta.

    Il tourna la tête et vit une jeune fille d’à peu près son âge (mais allez savoir l’âge des filles) assise devant une table en pierre dans le jardin d’à côté.

    Le jeune garçon s’avança vers elle et il remarqua tout de suite  qu’elle aurait sûrement pu être jolie si elle n’avait pas paru si négligée.

    Ses cheveux châtains bouclés paraissaient, en effet, singulièrement emmêlés, sa chemise blanche était passablement chiffonnée et elle avait une trace qui devait être du chocolat sur la joue droite.

    Mais ce qu’il y avait de plus étrange, c’est qu' elle lui offrait à présent le visage  le plus revêche qu’on puisse imaginer, ses yeux noisettes lui  lançant presque des éclairs !

    -Oui….oui, répondit indécis Thomas.

    La jeune fille haussa légèrement les sourcils.

    -Je m’appelle Marie, lança- t-elle, Marie Ledoyen et toi, c’est comment ?

    -Thom……

    Le jeune garçon s’arrêta net. Elle lui demandait comment il s’appelait ? C’était incroyable.  Se pouvait- il vraiment qu’elle ignore qui il était ?Finalement, ce serait trop beau !

    -Et bien quoi ? pourquoi tu me regardes ainsi, t’as perdu ta langue ?

    -Thomas !

    -Thomas comment ?

    -Euh ? Loiseau….ajouta- t-il, c’est ça, Thomas Loiseau.

    -Thomas Loiseau ? T’as pourtant un accent anglais et Loiseau c’est pas anglais…d’ailleurs, je ne comprends pas ce qu’un anglais ferait chez Monsieur Maurice , il dit que c’est un peuple qui pollue plus nos plages que le mazout !

    -Tiens! nota Thomas, il ne me l’a pas encore dite, celle-là ! Mais, ajouta-t-il, ça ne saurait tarder !

    -Alors…t’es vraiment anglais ?

    -Mon….mon père est français, mentit Thomas….mais, mais je vis en Angleterre.

    -Et c’est qui, Monsieur Maurice, pour toi ?

    -Mon grand-père.

    -Ton grand-père ? lança Marie Ledoyen en émettant un petit rire, depuis quand ?

    -Ben depuis toujours ! mais ,ajouta- t-il voyant qu’il était sur un terrain très glissant, on ne pourrait pas parler d’autre chose…tu sais, les histoires de famille……

    -Ouais, je sais, admit la jeune fille.

    -T’as…t’as du chocolat sur la joue, dit Thomas en s’approchant du muret qui séparait les deux jardins.

    Marie essuya son visage en posant un regard noir sur le jeune garçon puis elle replongea la tête dans un grand livre qui était posé sur la table , signe qu’elle voulait maintenant qu’on lui fiche la paix !

    Thomas ne savait quoi décider…d’un côté, l’accueil était plutôt glacial….mais d’un autre côté……Oh ! n’avoir ne serait-ce qu’une fois une conversation normale avec quelqu’un, quelqu’un qui ne le connaissait pas et qui ne lui demanderait aucun autographe.

    À suivre.....

     

     

    Ce blog n'enregistre pas les commentaires  

     

  • Le châtiment des Mac Law

     

    Sortie ce 1er janvier

     du roman

    Le Châtiment des Mac Law

    Mac law foire 11.jpg

    Le manoir des Mac Law…le petit bois…la lande…

    Des mots traversaient son esprit sans qu’il sache réellement pourquoi. 

    « Lorsque l’homme deviendra loup… » 

    Bizarre la pensée.

     

    Thomas ne s’arrêta pas, mieux valait courir toujours, encore. 

    Il sentit son pied glisser sur le rebord du précipice. 

     

    Bonjour Sourire

    Je vous remercie pour vos souhaits de bonne année et vous réciproque les voeux de bonheur.

    Je lis parfois beaucoup de pessimisme dans vos écrits.  Avoir 15 ou vingt ans en l'an 2012 n'est pas facile. Il est vrai que votre génération a une page difficile à écrire mais je pense aussi que réévaluer nos valeurs peut être aussi positif.

    Notre monde va dans la mauvaise direction c'est certain, nous ne pourrons donc que changer car l'être humain n'est pas sans ressources.

    Quand je n'ai pas le moral, pour moi, un bon bol d'air en pleine nature à écouter ... et bien à m'écouter un peu, ça me fait beaucoup de bien....Chacun son truc... Sourire

    Vous avez énormément de pouvoirs.

    Ne nous laissons pas démoraliser ^^

    Gros bisous.

    Michelle. 

    Enjoy the silence, en souvenir aussi des tatouages de Mega Tatoo...Sourire

     

    -Vous voulez bien le faire ?

    -Ça dépend. T’avais pensé à quoi ?

     - Je ne sais pas, dit Thomas, un truc qui me change…disons… quelque chose d’assez grand et…d’assez laid ! Pour avoir l’air d’un dur quoi !

     - T’as pas peur de souffrir, le dur ?

     -Ça fait mal ?

     - Tu ne te foutrais pas un peu de moi, Thomas Robin ? C’est pour une caméra cachée ? Ils sont tous planqués quelque part et dans un instant ils vont crier : c’était une blague, Peter Lewis !

     - Peter Lewis ?

     - C’est mon nom ! Tu ne croyais quand même pas que je m’appelais Méga Tatoo ? 

    Le châtiment des Mac Law-T and Co Editions-Michelle Huenaerts

     

    Ce blog n'enregistre pas les commentaires

  • La Porte d'Aval : partie 92

     

    La Porte d'Aval 

     découvrez l'enfance de Thomas avant qu'il.....

    partie 92 début

    Ici      

     photo bbbbbb

    -Oui ! c’ était ton père. Annie avait à peine 18 ans, elle a décidé de tout plaquer pour le suivre quitte à terminer ses études à Londres…et puis, elle voulait aussi être actrice, ça n'a pas marché bien sûr...

    -Oui, je sais, je crois que mon père aussi à l’époque voulait faire ce métier…mais sa famille n’a pas voulu et il s’est lancé dans la médecine ….

    Il ajouta en souriant :

    -Je n’ai d’ailleurs jamais compris comment il avait pu passer de la comédie à la médecine !

    -Oui, c’est vrai, répondit Elise, ton père voulait être acteur à l’époque mais lui aussi était très jeune. Ça a dû lui faire une drôle d’impression que ce soit toi qui ...

    -Oui, admit Thomas…disons qu’il a eu un peu de mal à l’accepter ...Qu’est-ce qui s’est passé après ?

    -Maurice et Annie ont eu une terrible dispute. Il lui a demandé de choisir entre lui et ton père et…

    -N’en dites pas plus , soupira Thomas, ça va, j’ai compris !

    -Ils ont bien  essayé quelquefois de recoller les morceaux mais…c’est…c’est depuis que, parfois, il boit un peu trop…..

    -Oh ! dit le jeune garçon…si….si vous faites allusion à ce qui s’est passé hier…enfin…je veux dire ….lui et Sam ont démarré en buvant du café, je vous assure, mais….

    -C’est un exemple pitoyable qu’ils t’ont donné, Thomas ! et Monsieur Gallager m’a aussi très déçue ! Il était censé partir à ta recherche, je l’ai attendu, moi !

    -Mais il m’a retrouvé, tenta Thomas….mais une chose entraînant une autre …

    -Ils t’ont emmené dans un endroit mal famé ?

    -Non !…bien sûr que non,  mentit Thomas en rougissant un peu…en fait, je dois même avouer que c’est un peu le contraire, c’est moi qui enfin ….. c’était un endroit très « classe »,  je vous assure, assez « sélect. » d’ailleurs tout le monde ne peut pas entrer, croyez-moi !

    -De toute façon, riposta Elise, lui et ton grand père étaient complètement  saouls quand ils t’ont ramené à une heure du matin en chantant « The yellow submarine ».

    -Mais au moins, Monsieur Loiseau….enfin, je veux dire papy a fait des progrès en anglais et moi, il m’a fait progresser aussi en français , il m’a appris une chanson ….ça fait : «  la digue du c…..

    -Pas un mot de plus ! coupa mamy …bel exemple en effet qu’il te donne.

    Thomas sourit.

    -En fait, mamy, je la connaissais déjà ! Vous n’avez toujours pas pardonné à papy, n’est-ce pas ?

    Non ! il a dormi sur le divan hier et il y restera encore aujourd’hui ; de toute façon, m’est avis qu’ils ne sont pas près de se réveiller nos poivrots ! Quant à toi, tu devrais t’habiller et aller profiter du beau temps, ajouta- t-elle en lui ébouriffant les cheveux .Tu ne travailles que demain.

    À suivre.....

     

     

    Ce blog n'enregistre pas les commentaires