• Le Châtiment des Mac Law

     

    Le Châtiment des Mac Law

     

     

     

    Comment avait-il pu croire qu’il pourrait tout effacer et renaître. Oui, au début, il l’avait pensé mais, depuis quelques temps, plus rien n’allait.  Aussi inexplicable que cela paraisse, une certitude s’était ancrée en lui.  Etait-ce le fait d’avoir frôlé la mort qui avait réveillé en lui cet instinct primitif, cette voix que les hommes civilisés ne possédaient plus et qui lui hurlait de fuir au plus vite n’importe où pour sauver sa peau ?

    Le Châtiment des Mac Law - Michelle Huenaerts- T and co Editions- Sortie janvier 2012

     

    Un petit coucou rapide Sourire

    "Le châtiment des Mac Law " parle, comme chaque aventure de Thomas, de haine, d'amour, de peur, de trahison et doucement...de magie.

     Disons que chaque tome a son ambiance générale plus particulière.  Peut-être davantage la haine et la colère pour ce livre, le pardon pour l'Ecorce d'or, l'amitié et l'amour pour le Maître des Loups? La trahison alors pour le prochain tome ? ^^

     Le but étant de tester bien sûr la résilience des personnages c'est à dire leur résistance aux chocs et leur aptitude à continuer leur route et à suivre leur chemin malgré tout.

     Mais n'est-ce pas ce que nous faisons tous? Et ce qui nous sauve vis à vis des méchants, c'est bien cette magie que nous avons tous en nous.

     Je vous embrasse. Sourire

     

     

     

    Ce blog n'enregistre pas les commentaires

  • La Porte d'Aval : partie 78

     

    La Porte d'Aval 

     

    découvrez l'enfance de Thomas avant qu'il.....

    partie 78

     début

    Ici      

    photo bbbbbb

     

    Bref, la semaine s’était plutôt bien déroulée puisqu’il savait à présent nager et que Vincent n’était plus vraiment son ennemi.

    Bon ! Il y avait bien ce soi-disant « tueur » mais après tout, peut-être que Sam se trompait, la corde s’était peut-être tout simplement cassée, un simple défaut…et peut-être qu’il avait été victime d’un malaise, voilà tout !

    Oui, tout allait plutôt bien finalement et il pensait même un peu moins à Eva.

    Enfin, tout aurait été parfait sans PAPY !

    Thomas avait cependant ressenti un choc le matin lorsqu’il s’était retrouvé devant sa grand-mère.  Elle lui avait souri, étonnée, elle-aussi...

    Ils avaient les même yeux !

    Pourquoi ne s’était-il jamais posé la question jusqu’à présent ?

    La question de savoir d’où lui venait ce bleu. Ni son père, ni sa mère, ni ses grands- parents partenels n’avaient ce regard !

    Pourquoi cela ne l’avait-il jamais étonné ?

    Oh ! bien sûr, il avait déjà vu sa grand-mère mais il était si jeune et ça avait été si bref !

    Ah, les disputes d'adultes!

    -Bon…bonjour madame, avait balbutié Thomas en tendant la main.

    Elise l’avait attiré vers elle en le serrant très fort ! ( les femmes confondaient décidément embrassade et étouffement !)

    -Appelle-moi grand-mère, bobonne, mamy ou comme tu veux…mais ne m’appelle pas madame ! Comme il est beau mon petit- fils, comme tu ressembles à ta mère.

    Il avait alors tenté d’embrasser son grand- père mais celui-ci lui avait tendu une main distante en disant :

    -MOI, monsieur me conviendra très bien…et il a quand même des traits de son père ! avait- t-il ajouté sur un ton de reproche.

    -Oui, Maurice, bien sûr, avait répondu Elise, la couleur des cheveux et quelques petits trucs mais pour le reste, c’est sa mère !

     -Quelques petits trucs, c’est déjà trop, avait coupé papy. Allez ! mets ta valise dans le coffre, on ne va pas camper ici !

    Thomas s’était empressé d’obéir en évitant le regard de cet homme qui lui donnait l’impression subitement de ressembler à quelque insecte nuisible.

    Voilà pourquoi Thomas était focalisé depuis une heure sur l’écoute de son dernier CD acquis à Baker Street .

    -Alors comme ça, il paraît que tu es une « STAR » ! lança papy.

    Thomas n’avait rien entendu.

    -JE TE CAUSE, TU ES SOURD !

    -Par…pardon, Monsieur…

    Thomas sursauta à l’écoute de cette voix qui ne provenait  manifestement pas des « énergumènes »  de son  CD. Impossible ! jamais ils n’auraient pu crier si fort même à plein volume.

    -Je disais, il paraît que tu es une « STAR » ?

    -Je...

    -T’es sûrement une « STAR » puisque t’as besoin d’un garde du corps.  Je vous demande un peu, un garde du corps et puis quoi encore !

    -Vous avez vu Sam ? demanda Thomas plein d’espoir…

    Retrouver un ami ! que ce serait bon de retrouver un ami !

    -Il s’appelle Sam, je ne sais pas ! Il faut demander à ta grand-mère ! Il est passé hier. Qu’est-ce qu’il a dit, Elise ?

    -On n’a pas très bien compris. Il nous a demandé de te dire qu’il n’avait pas eu l’occasion de t’avertir avant ton départ que ton père était au courant de tout et ...Ah ! oui, il a dit aussi qu’il avait retrouvé Timothy.

    Thomas resta un instant déboussolé.

    Qu’est-ce que Sam avait confié à son père ? L’avait-il mis au courant de ses doutes au sujet de l’accident ?

    Mais finalement , TOUT, ça voulait bien dire TOUT  !

    Le jeune garçon se sentit de nouveau inquiet et si Sam avait raison, si quelqu’un avait réellement cherché à le tuer !

    Alors….alors ça voulait dire aussi que Sam n’avait pas trouvé ce fameux « quelqu’un » sinon le message aurait été : dites à Thomas que tout est résolu !

    Le jeune garçon pensa qu’il avait été stupide de croire que Sam s’était trompé. Mais qu’est-ce que Timothy venait faire dans tout ça? Pourquoi fallait-il le retrouver ?

    -C'EST TON CHIEN ?

    Thomas sursauta de nouveau. Papy avait une voix si douce.

    -Mon…mon chien ?

    -Oui, c’est ton chien qui s’appelle Timothy !

    -Oui…oui, c’est ça , répondit Thomas.

    Il n’avait pas du tout envie d’entrer dans des explications nébuleuses surtout avec papy !

    -Quel race ?  insista Maurice.

    -Oh….je …un croisé à poils longs !

    -Et il y a un garde du corps qui est payé pour veiller sur ton croisé à poils longs !

    -MAURICE ! jeta Elise.

     

    À suivre.....

     

     Ce blog n'enregistre pas les commentaires

  • Le Châtiment des Mac Law

     

    Le Châtiment des Mac Law

     

    bannière344.jpg

    Character : Thibaut Thys

    Photo : Michelle Huenaerts

    - Il a gravé les mots sur la pierre et apposé son insigne sur les murs de votre domaine pour vous le protéger, il voulait donc vous aider à lever la malédiction si je comprends bien, pourquoi à votre avis ?

     - Une malédiction ? peut-être y en a-t-il une en effet mais crois-moi, ce n’est pas avec la prose de ce gars qu’on pourrait la conjurer, c’était un illuminé, voilà tout ! C’est donc pour ça que la pierre t’intéresse à cause de ce fou d’alchimiste amoureux des loups ?

      

    Le Châtiment des Mac Law- Michelle Huenaerts- T and co Editions- Sortie janvier 2012

     

    Ce blog n'enregistre pas les commentaires

  • Petites nouvelles en passant

     

    Bonjour Sourire

    La rentrée s'annonce doucement et "Le châtiment des Mac Law" avance bien.  Je suis heureuse de pouvoir enfin vous offrir toute la trilogie, ça n'a pas été facile pour moi mais il suffit de toujours avoir en tête la petite lumière, là, et juste suivre sa route ^^

    Il m'est arrivé souvent de penser n'avoir plus assez de courage, j'ai souvent cru abandonner tout mais grâce à vous et à ces personnages que j'aime tant, j'écris toujours.

    J'écoute vos remarques et j'essaie d'améliorer les choses lors des rééditions, les critiques peuvent être très positives et judicieuses et tout ça fait grandir lorsqu'on peut mettre un grand coup de pied à son orgueil.  Comprendre aussi qu'on ne peut pas plaire à tout le monde.  Chaque livre à son lecteur et il en faut pour tous les goûts. Merci à ceux qui sont donc mes lecteurs et qui aiment Thomas autant que moi.

    J'écris depuis 2003 et je n'ai encore jamais arrêté.  Ces dernières années tout a été très vite et j'ai dû travailler à un rythme très soutenu.

    En traversant toutes ces expériences, je sais à présent ce que je veux reéllement. Ecrire bien sûr avec bonheur mais en prenant vraiment le temps d'apprécier tout ça . N'ayez pas peur , avec la sortie du roman "Le Châtiment des Mac Law", je ne devrais pas vous faire attendre trop longtemps pour la suite mais je sens un plaisir nouveau au bout de ma plume , comme un retour à la source lorsque l'on a enfin compris l'essentiel : travailler pour offrir le meilleur loin du bruit et de l'agitation , vous écrire ce livre comme s'il était destiné personnellement à chacun d'entre vous et donc prendre le temps de le ressentir pleinement   Sourire

    C'est d'ici que j'ai adoré écrire.

    Je vous embrasse.

    DSC_00233.jpg

    DSC_00011.jpg

     

    DSC_00199.jpg

    DSC_02888.jpg

     

     

     

    Ce blog n'enregistre pas les commentaires

  • La Porte d'Aval : partie 78

     

    La Porte d'Aval 

     

    découvrez l'enfance de Thomas avant qu'il.....

    partie 78

     début

    Ici      

    photo bbbbbb

     

    Thomas était assis à l’arrière du vieux break bleu, les écouteurs de son baladeur vissés sur ses oreilles.

    De la musique de sauvage ! aurait dit papy.

    Mais le jeune garçon pensait qu’en ce moment , c’était exactement ce qu’il avait besoin d’écouter. Une bonne musique que papy aurait sûrement considérée comme un bruit particulièrement dérangeant avec des gens qui hurlaient à pleins poumons, gens que papy aurait appelé des « énergumènes » mais que Thomas considérait, lui, comme des chanteurs. Le tout sur un rythme que papy aurait sûrement comparé au martèlement d’un marteau-piqueur mais qui représentait pour Thomas la plus douce des mélodies.

    Tout ce que Thomas adorait et que papy, c’était certain, détesterait car le jeune garçon ne se faisait plus guère d’illusions sur les relations qu’il pourrait entretenir avec son grand-père. 

    C’était certain ! Pour papy, il était et resterait seulement un « maudit » anglais !

    Ses grands- parents étaient venu le chercher vers onze heures à Gomezée et papy avait déjà refusé d’entrer dans la maison de Gaëlle en prétextant la longue route qui l’attendait.

    Thomas avait donc dû faire ses adieux à tout le monde sur le pas de la porte.

    Arthur et Edith étaient venus lui dire au revoir, celle-ci lui avait d’ailleurs remis un brevet de natation rédigé par Victor et dédicacé par toutes « les filles » du club .  Le jeune garçon s’était d’ailleurs promis de l’afficher sous-cadre dans sa chambre, dès son retour à Londres.

    Il y avait eu les dernières embrassades et il avait même eu droit à un sourire de Vincent.

    Thomas était heureux que leur relation ait quelque peu évolué, ce n’était pas une franche amitié mais ça n’était plus vraiment l’hostilité d’avant.

    Vincent avait en effet compati aux malheurs de Thomas qui s’était vu par la faute du manque de discrétion d’Edith , contraint de piquer un sprint record chaque fois qu’il mettait un pied dehors !

    Un jour, alors qu’il revenait d’une leçon de natation, ses admirateurs avaient essayé de mettre son tee-shirt en lambeaux (sans doute pour avoir un souvenir !) et Thomas n’avait dû le salut du vêtement qu’à sa solidité et à son don inné pour la course à pied !

    Il s’était précipité vers la maison et avait refermé la porte hors d’haleine.

    Les gens de ce village étaient bien gentils mais Thomas tenait aussi beaucoup à ses tee-shirts.

    Vincent, qui venait juste de rentrer pour déjeuner, lui avait alors lancé négligemment :

    -Ne te plains pas d’Edith ! Tu ne la supportes que quelques jours, c’est une attraction pour toi, comme pour nous le monstre du Loch Ness mais si je ne me trompe, tu as des origines non, ton père est bien Ecossais ?

    -Ben…oui…pourquoi ?

    -Parce que vous êtes bien chanceux, vous, les Ecossais, car si vous avez Nessie et moi Edith, c’est parce que vous avez sûrement pu choisir les premiers !

    Il s’était alors dirigé vers la cuisine.

    -Monsieur…enfin, je…je veux dire…je peux vous appeler Vincent ?

    -Euh ?

    -Non, laissez c’était ridicule je…

    Le jeune homme, légèrement désorienté, avait semblé considéré Thomas comme s’il venait enfin de comprendre que…

    Mais Thomas avait préféré ne pas s’attarder sur ce qu’il pensait que Vincent venait de comprendre, c’était trop compliqué d’essayer de comprendre les adultes !  Cependant, il devait reconnaître que Vincent lui avait offert à ce moment un sourire, le premier vrai sourire.

    -C’est moi, qui suis ridicule, avait-il dit au grand étonnement du jeune garçon, bien sûr, que tu peux !

    À ce moment, Thomas avait ressenti une immense joie, ce n’était qu’un petit pas mais Thomas avait l’intuition, à ce moment, que ce pas, si petit soit-t-il, était important !

     -Vincent, dit-il en souriant, est-ce que…est-ce que  vous pourriez me dire ce que c’est qu’une « fée Carabosse » j’ai…j’ai rien trouvé au dictionnaire…..

    Le jeune homme avait alors éclaté de rire.

    -Je vais essayer de répondre à ta question mais je te préviens, c’est assez subtil…Disons que c’est quelqu’un qui raconte à tout le monde que « Thomas Robin » loge chez les Durant…ou si tu préfères…Tu sais ce que signifie le mot fée?…Vas-y, donne-moi ta définition.

    - Ben, c’est une femme très belle qui a une baguette et qui réalise tous nos vœux , répondit Thomas, c’est ça, non ?

    -Oui , admit Vincent, bonne définition.Et bien disons qu’Edith…enfin, je veux dire « Carabosse », excuse-moi,c’est une vieille chouette qui a une langue de trois mètres et qui nous pourrit la vie mais, ajouta- t-il devant le regard incertain de Thomas, je ne crois pas que tu trouveras jamais cette définition dans le Larousse !

    Et il était parti déjeuner en laissant Thomas toujours perplexe quant à l’explication qu’il venait de recevoir.

     À suivre.....

     

    Ce blog n'enregistre pas les commentaires

  • Exclusivité T and co Edition : Stephane Roger

     

    Le Châtiment des Mac Law 

     

     

    " Si vous écoutez le souffle de la foule ou le murmure du vent, ils vous diront sûrement que je suis le garçon le plus heureux de la terre...mais après tout, qu’en sait le vent "

     

    Le manoir des Mac Law, le petit bois, la lande.

     Des mots traversaient son esprit sans qu’il sache réellement pourquoi.
     « Lorsque l’homme deviendra loup…»

     Bizarre la pensée.

     La falaise, la falaise s’étendait là devant lui.

     Thomas ne s’arrêta pas, mieux valait courir toujours.  Il ne fallait pas s’arrêter , il ne fallait pas réfléchir !

     Le bord du gouffre apparut devant lui.

     Le reste ne dura que quelques secondes,quelques secondes au reflet de l’éternité.

     le Châtiment des Mac Law-Michelle Huenaerts- T and co Editions

    Sortie Janvier 2012

     

    ecosse.gif

    Je voudrais remercier le compositeur Stephane Roger pour cette merveilleuse musique offerte à nos images.

     

    Stéphane ROGER est né le 24 juin 1967 à Lyon. Très tôt il manifesta des dons pour la musique :


    « Quand j’étais gamin mes héros n’étaient pas ceux de la télé, mais Rampal, Horowitz, Rachmaninov…J’étais un enfant bien souvent seul car je n’intéressais dans le fond personne, j’étais même inquiétant pour les autres, étrange, pas normal. ». Il prit ses premiers cours au conservatoire de Lyon. Puis sur Chambéry. Cours de flûte et piano.


    « C’est difficile d’apprendre deux instruments à la fois mais c’est formateur ». Fut musicien dans la musique de l’air et suivit des cours de contrepoint et fugue et d’écriture sur Paris.


     il remporta une mention spéciale Bach 2000 à Hanovre puis Tarragona.



    C’est vers 25 ans que je me mis au jazz. C’est Oscar Peterson et les compos de Michel Legrand qui me donnèrent le virus. « Toutefois, le jazz ce n’est pas seulement une façon de jouer, c’est une façon de vivre, c’est toute une culture. Je ne suis pas un pianiste de jazz, mais il est vrai que le jazz vous amène à composer et à voir différemment les petites notes qui se baladent sur la partoche. »


    Stéphane ROGER donne très peu de récitals, « je préfère suivre de loin, les concertistes ne sont pas seulement des bêtes de concerts mais des bêtes tout simplement. Il faut avoir la carrure, la santé, le temps, et l’abnégation de quelques années de sa vie. Je suis conscient de passer à travers des bons moments qu’apporte ce métier….Chacun à sa place ».


    Il fit plusieurs arrangements pour des chorales diverses, et orchestres…Réviseur hors pairs.



    Il est membre de Jury de plusieurs écoles de musiques ainsi que des écoles nationales de musique.



    Il est régulièrement invité par des associations célèbres comme soliste ou accompagnateur.



    Depuis 2002 il se consacre à la composition.



    © 2010

     
  • La Porte d'Aval : partie 77

     

    La Porte d'Aval 

     

    découvrez l'enfance de Thomas avant qu'il.....

    partie 77

     début

    Ici      

    photo bbbbbb

     

    La semaine s’égrena ainsi doucement et Thomas, sans doute  motivé par l’envie que ne paraisse pas en gros titre du journal paroissial : « L’acteur  Thomas Robin s’est noyé , vous l’aviez parié à dix contre un ! », arriva petit à petit à atteindre son but.

    Tout doucement, au fur et à mesure que les jours défilaient, il prenait de l’assurance.
    D’abord faire la planche puis, une timide incursion dans la grande piscine. Les quelques premiers vrais mouvements et puis finalement…

    Aujourd’hui, vendredi, il se retrouvait tout en haut du plongeoir.
    Thomas eut un instant la vision du London Bridge dans les brumes orangées d’un coucher de soleil puis, en essayant de ne penser à rien, il s’élança jusqu’au bout de la planche et tomba !

    Il ressentit un choc lorsqu’il rencontra l’eau et puis son corps s’enfonça doucement.

    Mais ça ne dura qu’un instant. 

    Déjà, il remontait à la surface.

    Le plafond et les lumières de la salle devenaient plus visibles

    Et Thomas put de nouveau respirer à l’air libre.

    Les yeux lui piquaient bien un peu et il avait avalé un peu d’eau mais il avait réussi.

    Radieux, il regagna le bord : IL SAVAIT NAGER !

     

    Un peu plus court cette semaine mais pour la bonne cause et puis, je vous fais découvrir très bientôt le papy de Thomas ^^

     

     

     Ce blog n'enregistre pas les commentaires