• le Maître des Loups

     

    Le Maître des Loups

    le Maître des loups 2.jpg

     Character : Thibaut Thys

    Quatrième couverture : F Vanparijs Huenaerts

    Photo première couverture : Michelle Huenaerts

    "Lorsqu’il avait croisé le regard de ce garçon et qu’il avait ensuite vu le tatouage ornant son bras, dès cet instant, allez savoir pourquoi, il avait su que la prophétie était en marche et que rien ne l’arrêterait, le moment était venu pour le pire probablement."

     

    video10.jpg

     

     

    "Que cachent les murs du cimetière de San Michele ? 

    Thomas Robin, jeune acteur britannique, aurait certainement préféré ne jamais découvrir le secret le liant à un alchimiste du nom de Thomas Loiseau mis à mort par son frère en 1654 pour haute trahison et sorcellerie.

    Malheureusement ce terrible secret a déjà été découvert par un personnage inquiétant des plus pervers  : Lorenzo Chioggi, noble Vénitien, aux manières si raffinées qui a pourtant déjà tant de sang sur les mains.

    Un homme apparemment fasciné par les loups.

    Celui-ci aura vite fait de découvrir que la pire faiblesse de Thomas Robin est son affection fraternelle pour l'inspecteur de Scotland Yard, Sam Gallager.

    Thomas n'aura donc guère le choix s'il veut sauver son ami.

    Il devra affronter ses pires terreurs et accepter son héritage caché dans l'un des endroits les plus mystérieux de Venise."

    Michelle Huenaerts 

     

     

    Le Maître des Loups-Michelle Huenaerts-T and co Editions

      

     

    Ce blog n'enregistre pas les commentaires

     

  • La Porte d'Aval : partie 63

     

     

    La Porte d'Aval 

     

    découvrez l'enfance de Thomas avant qu'il.....

    partie 63  

     début

    Ici      

    photo bbbbbb

     

    Partie 63

    Elle avait risqué sa vie pour Thomas, elle le considérait comme son propre fils mais peut-être, peut-être qu’en fait, il n’était pas obligé de lui raconter la vérité ?

    Vincent soupira.

    Elle le SAURAIT, c’était certain !

    Les  femmes arrivaient toujours à tout savoir !

    -Très bien, dit Sam, si c’est la seule solution , je vais avec vous !  Oh, bon sang ! ajouta- t-il, vous n’auriez pas pu vous renseigner sur  le prix des appareils photos avant de faire ce don de 15000 livres?

    -Ce n’est pas un don, répondit Thomas, c’est un prêt qui…

    -Je l’emmène !

    Sam et Thomas se retournèrent en même temps.

    -Allez, viens , on va faire enregistrer ta valise sinon on va finir par rater cet avion et …et je crois qu’il y a un énorme gâteau au chocolat qui t’attend chez nous !

    Thomas lâcha son bagage de stupeur.

    -Vous...vous…

    -Laisse tomber ! évite de dire des paroles que tu ne penses pas et j’en ferai autant. On va juste prendre cet avion, tu viens à la maison pour une semaine et on en restera là !

    L’orgueil de Thomas était mis à rude épreuve mais d’un autre côté, il n’avait pas le choix ! 

    Sam lui lança un regard où le jeune garçon lut clairement « Il le faut » et il décida de ravaler sa fierté.

    -Je…merci, balbutia- t-il.

    Après les procédures habituelles d’enregistrement et une attente de dix minutes …dix minutes pendant lesquelles ils n’échangèrent aucune parole, Vincent et Thomas purent enfin monter dans l’avion.

    Le jeune garçon voulut laisser le côté hublot à son «compagnon » de voyage mais celui-ci lui rétorqua que la « STAR » Thomas Robin se ferait moins remarquer si elle voulait bien avoir l’obligeance  de  « visser » ses fesses sur le siège près de la vitre plutôt qu’au milieu du couloir !

    Le jeune garçon soupira, boucla sa ceinture et tenta d’amorcer un brin de conversation.

    -Ça a été vos affaires à Londres, Monsieur ?

    -Quelles affaires ? répondit Vincent.

    -C’est bien ce que je pensais, soupira Thomas,mes parents vous ont demandé de venir me chercher, c’est ça ? Sinon vous ne seriez pas venu à Londres !

    -Ben t’as tout compris ! dit Vincent et il déplia son journal pour éviter de poursuivre la conversation.

    Thomas ajusta sur ses oreilles les écouteurs de son walkman et se colla contre le hublot. Seulement voilà, le jeune garçon ne brancha pas le son de son baladeur. Tout ce qu’il voulait, c’était mettre une barrière entre lui et les autres peut-être qu’il pourrait même un peu fermer les yeux et là , dans sa tête, il ne serait plus dans cet avion, il serait dans son lit à Church Row, il y a quinze jours,

    il serait en train de s’inquiéter pour ses examens et pour les coups tordus d’Alan Grant ou il serait dans le métro, il y a une semaine et il verrait Eva pour la première fois…Et surtout, surtout, il ne saurait pas qu’un jour une personne chercherait à lui faire tant de mal !

    Si seulement le temps avait pu s’arrêter, il y a une semaine !

    Vincent, quant à lui, semblait plongé dans la lecture de son journal mais ce que le jeune garçon ne savait pas, c’est qu’il ne lisait pas plus que Thomas n’écoutait de la musique !

    En fait, Vincent était perplexe, il  avait l’impression de n’avoir prêté attention durant sa conversation avec Sam Gallager qu’à une partie des paroles de celui-ci mais à présent , les mots résonnaient plus clairement dans sa tête.

    « Quelqu’un en veut à ce gamin, vous devez l’emmener, un article destiné à mettre à mal sa carrière, il a voulu faire une bêtise… »

    Il tourna brièvement les yeux vers le jeune garçon .

    C’est vrai qu’il avait changé  depuis la dernière fois. Oh ! Gaëlle l’avait vu entre -temps, elle avait dû monter son expo à Londres mais Vincent, lui, était resté à Gomezée…pour bouder , bien-sûr !

    Il y avait un an d’ici, c’était encore un enfant, un petit garçon que tout le monde trouvait « mignon » et à qui Vincent souhaitait de devenir très laid en grandissant !

    Mais il n’en était rien qu’est-ce que ça serait plus tard ! 

    Mais il y avait autre chose : des légers cernes autour de ses yeux, son regard si bleu qui paraissait indifférent à tout et surtout son manque d’intérêt apparent à lui chercher QUERELLE à LUI, Vincent ! ça ! ça n’était pas NORMAL !

    Il s’était attendu à le voir arriver si content du bon tour qu’il lui faisait en l’ obligeant  à venir le chercher !

    Il s’était même préparé à ce qu’il lui balance quelques « piques » garanties  « Thomas Robin ». 

    Et non ! rien ! seulement « Merci »  et « excusez-moi » ! Décidément, c’était certain, il ne pouvait qu’aller mal ! 

    Il replia son journal et tendit la main vers la tête de Thomas pour lui enlever ses écouteurs. Le jeune garçon sursauta !

    -Je voulais te …te  poser une question ...

    -Oui , Monsieur ?

    -Arrête avec tes oui, Monsieur ! non, Monsieur ! excusez- moi, Monsieur ! c’est exaspérant !  dit Vincent, je ne peux pas m’y faire !

    Il ajouta :

    -Mais…mais…pourquoi t’es comme ça ?

    -Comme quoi ? dit Thomas.

    Vincent se tourna vers le jeune garçon.

    -Qu’est-ce que c’est que cette histoire de « Tamise » et de bêtise que tu as voulu faire …oh ! continua -t-il ce n’est pas que ça m’intéresse vraiment …mais…enfin, on peut causer quoi ?

    -Vous voulez vraiment savoir, dit le jeune garçon sur le ton du défi après tout, pourquoi pas ! vous avez raison , on peut causer, je crois même que ça va vous faire assez plaisir !

    -Qu’est-ce que tu veux dire ?

    -J’ai rencontré une fille et je suis tombé amoureux comme le dernier des crétins, ça , ça doit déjà vous faire plaisir, dit Thomas.

    -Oui, c’est un bon début, admit Vincent , je suis surtout d’accord avec le mot « crétin » !

    Thomas lui lança un regard noir mais continua :

    -Je me suis fait « pincer» par un journal à scandales et le lendemain , ma tête était partout dans toutes les librairies …. «  Thomas Robin a trouvé l’amour dans les bras d’une fille de seize ans…est-il anormal pour autant…..etc…etc….. » J’ai même eu droit à l’avis d’un psychologue , il pense que c’est le cinéma qui m’a perverti !

    -Et c’est vrai ?

    -Quoi ? …pour…..pour.. le cinéma ?

    -Non, dit Vincent en souriant et en faisant de grands gestes… toi et cette fille …enfin tu vois ce que je veux dire….  !

    -NON ! rugit Thomas .

    Quelques personnes se tournèrent vers eux.

    Il continua tout bas…

    -Bien sûr que non !….qu’est-ce vous allez chercher….j’ai juste été faire un tour dans un parc près de Church Row……

    -Ben, ça c’est bête,  et où est-ce que tout ça nous amène à la Tamise ?

    -Eva … elle s’appelait Eva…Elle m’a giflé !…..puis ma mère m’a giflé !…et….

    -Voilà au moins deux femmes qui ont fait preuve de beaucoup de bon sens ! coupa Vincent.

    -Vous voyez ,dit Thomas en considérant Vincent d’un air dégoûté et en remettant ses écouteurs sur ses oreilles, j’ai eu tort de vous raconter ça, je savais que ça vous ferait plaisir !

    Et il ajouta en reposant sa tête contre la vitre :

    -La vôtre, au contraire, ELLE n’a pas fait preuve de beaucoup de bon sens le jour où elle vous a choisi !

    -Ah ! Bien au moins , là, je te retrouve, tu m’as  fait peur….je pensais vraiment que tu étais malade…

    Et il reprit son journal, légèrement honteux de sa conduite, en pensant que finalement, il ne savait toujours pas en quoi consistait exactement cette histoire de « Tamise ».

     

    A suivre...

    Michelle Huenaerts

     

    Ce blog n'enregistre pas les commentaires

     

     

  • Petites nouvelles en passant

     

    prev_pfile124095_activity10337.jpg

    Canaletto : Venetian and Flemish Master ( palais des beaux-arts de Bruxelles)

    Bonjour Sourire

    Pas encore de très bonnes nouvelles pour notre monde cette semaine mais...

    Le tout est d'agir avec nos petits moyens en essayant de garder le moral en tentant de collectionner plus de bons points que de mauvais  ^^

    Alors ces derniers jours , j'ai aidé une dame étalée sur le chemin à se relever, bons points, j'ai vidé une boîte de chocolats, mauvais points, j'ai visité "Venetian and Flemish Masters aux beaux-arts (magnifique!!), bons points, j'ai récupéré mon  chien qui avait franchi 2 clôtures...bons et mauvais points, bon pour l'avoir récupéré mais bref pas bon pour les clôtures ^^ . 

    Je me suis aussi enrichie du livre de Christophe Druilhet et Jean-Marc Munarriz : Tu crois ça? qui explique le rapport entre émotions et maladies. Ils donnent un exemple très intéressant : un petit chien trouve un os ( oui encore une histoire de chien mais pas de clôture ^^) arrive un autre chien ...3 solutions  :

     1- Si c'est un molosse le petit toutou abandonne l'os.

     2- Si c'est un gros paresseux le petit chien fuit avec son os.

    3- Si c'est un toutou plus petit , il préfère combattre l'autre.

    Dans les trois cas le petit chien ne ressent pas d'émotion, son cerveau lui a juste donné la meilleure voie à suivre ensuite, il n'y pense plus et passe à autre chose.

    L'humain est différent et parfois difficile à comprendre . Dans le premier cas il ressentira de la haine, dans le deuxième cas, il se trouvera lâche et dans le troisième il sera fier comme un paon d'avoir gagné la partie. Pourtant il a juste agi avec son instinct et trouvé ce qui lui convenait le mieux.

    Vive la sagesse du petit chien .

     Autre livre commencé : les clés secrètes de l'alchimie de Fabrice Bardeau ( évidemment, vu le chemin que prend Thomas, je dois en savoir plus)

    J'ai toujours pensé également que l'or ou tout élixir n'était qu'une conséquence de dons acquis par une certaine attitude mentale.

    "Les philosophes disent donc avec raison que cette pierre ( la pierre philosophale) est comme le centre et la source des vertus, puisque ceux qui la possèdent méprisent toutes les vanités du monde, la sotte gloire, l'ambition;qu'ils ne font pas plus de cas de l'or que du sable et de la vile poussière, et l'argent n'est pour eux que de la boue.  La sagesse seule fait impression sur eux, l'envie, la jalousie et autres passions tulmutueuses n'excitent point la tempête de leur coeur..." ( Dom Pernety : les fables égyptiennes et grecques)

    Du boulot tout ça Sourire

    Et parfois, il y a des jours où on a juste envie de......

    Plein de bisous à tous ... ^^

     

    Ce blog n'enregistre pas les commentaires

  • La Porte d'Aval : partie 62

     

    La Porte d'Aval 

     

    découvrez l'enfance de Thomas avant qu'il.....

    partie 62  

     début

    Ici      

    photo bbbbbb

     

    Partie 62

    -Il faut que vous l’emmeniez, Monsieur Durant, il faut qu’il soit en sécurité au moins une semaine chez vous , le temps que je trouve quelque chose sinon…

    -Sinon quoi ?

    -Sinon, s’énerva le jeune garde du corps, cet ordure trouvera autre chose. Je ne peux pas être partout, je vous fais le topo: la production pense que Thomas a été victime d’un accident, je sais que ça  n’en est pas un mais je n’ai pas de preuve !  alors, il faut que vous emmeniez Thomas et que  vous veillez sur lui cette semaine .  Moi, pendant ce temps, j’essayerai de trouver une piste, ici, à Londres !

    -Je REFUSE ! rugit Vincent, en se remettant debout.

    -Vous ne pouvez quand même pas le détester à ce point , murmura Sam.

    Il semblait soudain complètement décontenancé mais la colère finit cependant pas l’emporter.

    -Très bien ! jeta- t-il, en se remettant également debout. Je vais vous le dire autrement : ce gosse m’a fait la peur de ma vie, hier,au-dessus de la Tamise...

    Le jeune homme pointa l’index sur la poitrine de Vincent.

    -Alors, vous allez l’EMMENER et je vous promets que s’il lui arrive la moindre bricole…

    -Je m’en fous, coupa Vincent, vous n’oseriez pas !

    -Et bien PARIEZ là-dessus ! J’ai promis à son père qu’il ne lui arriverait RIEN et il ne lui arrivera RIEN !

    Sam Gallager tremblait de fureur, Thomas l’apercevait de loin. Il aurait bien pu lui dire qu’il était en train de perdre son temps.  Demander à Vincent d’essayer d’éviter que, LUI, Thomas, se fasse trucider autant demander à un coq de pondre des œufs ! pensa -t-il.

    Les deux hommes étaient si absorbés par leur conversation qu’ils ne remarquèrent pas que Thomas s’était approché d’eux.

    -Excusez-moi, dit le jeune garçon.

    Et devant le manque de réaction, il répéta...

    -Excusez-moi...SAM !

    Le jeune garde du corps tourna les yeux vers Thomas.

    - Sam, je ne peux pas demander à Monsieur Durant et à sa famille de prendre des risques pour moi, je vous assure, je vais me débrouiller, ne vous en faites pas ! 

    Et il tourna les talons pour se diriger vers le bureau de réservation

    -Mais qu’est-ce que vous faites, bougre d’idiot, cria Sam en plantant Vincent pour lui courir après.

    -Je vais faire modifier mon billet, Sam, tout simplement ; je vais réserver un vol pour Paris …et je pense que vous serez assez aimable pour me prêter encore votre carte de crédit. Ma famille vous remboursera tout de suite, bien sûr….promis !

    -Mais laissez ma carte de crédit TRANQUILLE,  vous allez finir par me faire virer !  Et puis, il n’est pas question que vous alliez à Paris…vous allez à Gomezée comme prévu !

    -Et je loge où ?…dans les toilettes de l’aéroport ?

    Vincent observait la scène de loin…..quand il raconterait à sa femme ce que ce mec avait osé lui demander !

    Il devint subitement blême.  Elle le tuerait, c’était certain ou pire, elle demanderait le divorce !

     A suivre...

     

  • ...

     

     

    Bonjour,

    je n'avais pas envie de promo cette semaine.

     Juste une immense tristesse en pensant à ce qui se passe là-bas.  Difficile de ne pas ressentir la peur et difficile de retenir ses larmes.

     Je souhaite beaucoup de courage au peuple Japonais et je ne sais que dire d'autre parce que tous les mots paraissent futiles face à cette douleur, cette déchirure de plus dans notre monde.

    Mais comme le dit Jean-Louis Aubert, demain sera parfait  et comme le souligne Voulzy, le monde est désespérant mais j'ai de l'espoir.  C'est tout ce qu'il reste, parfois, l'espoir et les mots pour le porter quand notre monde se fâche sur nous et nous rappelle que dans cet univers nous sommes moins que des fétus de paille.

    A la semaine prochaine.

    Je vous embrasse.

  • La Porte d'Aval : partie 61

    La Porte d'Aval 

     

    découvrez l'enfance de Thomas avant qu'il.....

    partie 61  

     début

    Ici      

    photo bbbbbb

     

    Partie 61

    Thomas Robin était à vingt mètres de lui et lorsqu’il aurait parcouru ces vingt mètres, il recommencerait à lui gâcher la vie !  Apparemment,  il avait un peu changé... peut-être un peu plus grand peut-être un peu plus fin, « trognon » comme dirait sa femme. Je t’en ficherais des « TROGNONS » …rien qu’un sale gamin bourré de fric ! Et en plus, même belle- maman l’adorait, Il avait vraiment tous les défauts !

    Il n’était plus qu’à deux mètres.  Adieu tranquillité !

    -Bonjour Monsieur, dit Thomas en lui tendant une main que Vincent prit machinalement.

    ll continua :

    -Monsieur Gallager est mon garde du corps…je …je vais vous laisser ...je crois qu’il a des choses à vous dire et…je ne crois pas que ça va vous plaire.

    Il ajouta prudemment en s’éloignant vers une rangée de sièges.

    -Vous n’êtes pas obligé d’accepter, je vous assure et…mille excuses d’avance !

    Voilà ! pensa Thomas en s’asseyant, tu as été poli, tu as été gentil ,tu as été sympa...

    Mais, ajouta- t-il plus bas amèrement :

    - Je doute que ça suffira !

    -Il a besoin d’un garde du corps maintenant ?demanda narquoisement Vincent . J’espère au moins que vous n’avez pas l’intention de dormir chez nous.

    -Vous pouvez me parler en français, dit le jeune homme, mon père m’a tyrannisé pour que j’apprenne cette langue, alors…..

    -Ça ne répond pas à ma question.

    Sam invita son interlocuteur à aller s’asseoir un peu plus loin.

    -Je n’ai pas beaucoup de temps mais je vais vous expliquer la situation très clairement, Monsieur Durant.

    Il soupira.

    -Le gosse ne va pas bien, pas bien du tout ! je sais que vous ne l’aimez pas mais…

    -Si c’est lui qui vous a dit ça, répliqua Vincent, je dois au moins admettre qu’il comprend vite…

    -Oh ! oui, Monsieur Durant ,vous avez raison, il comprend vite et encore plus vite que vous ne le croyez mais ce n’est qu’un petit garçon de treize ans qui a des qualités, je vous assure ...

    -S’il a des qualités, coupa Vincent, c’est qu’il les cache bien !  Ce n’est pas un simple gamin, Monsieur Gallager ,je vous assure…c'est...c'est une invasion de criquets ! Tout le monde l’adore  mais moi je sais que ce n’est qu’un sale gosse gâté et bourré de FRIC!

    -Oui, je sais, dit Sam ,je sais que vous avez un petit différent de 15000 livres mais….

    -Un petit différent ? coupa Vincent,vous savez ce qu’a fait cette petite ordure ?

    -Non ! admit  le jeune homme, mais j’ai comme le pressentiment que je vais l’apprendre !

    -Il a donné quinze mille livres à ma femme simplement, en…en remplacement d’un appareil photo !

    -Au moins, répondit Sam, elle aura pu en acheter un bon !

    -Ah oui ! je peux vous dire qu’elle en a acheté un bon et en passant, elle en a, en plus, profité pour plaquer son boulot d’enseignante et moi et le chat par la même occasion pour se tailler à Londres, monter une expo dans une IMMENSE galerie que CETTE IMMONDE CRAPULE lui avait réservée ! TOUT ! Il se croit tout permis , il l’a même engagée comme photographe, un petit extra d'après lui ! Maintenant,  ajouta-t-il en s’énervant pour de bon , ma femme est plus riche que moi ! …de plus, elle ne s’occupe plus de sa maison, Monsieur Gallager, elle n’a plus le temps! Jamais , vous entendez, JAMAIS je n’avais mangé de surgelés avant qu’elle ne rencontre ce sale gamin ! et…

    -Oh ! Oh ! Monsieur Durant, du calme !  Je crois qu'il aime simplement beaucoup votre femme.  Elle lui a sauvé la vie et…

    -Eh bien ! voyez-vous, je crois que c’est ce que je lui reproche le plus….Je ne lui pardonne pas que ma femme ait risqué sa vie pour lui. Je crois, que ce qu’elle a fait là, elle ne l’aurait fait pour personne mais Gaëlle l’adore , belle- maman, son mari, mes parents , tout le monde le trouve adorable et je suis sûr que même mon chat, lorsqu’il aura passé le bout de son nez à l’intérieur de ma maison, me trahira pour aller ronronner sur ses genoux. Tout le monde en est FOU ! je vous le dis !

    -Tout le monde n’en est pas fou, Monsieur , je peux vous l’assurer, jeta Sam, et ça concerne au moins une personne….

    Il poursuivit .

    -Je vais être franc avec vous, Monsieur Durant.

    Il fixa Vincent dans les yeux et continua :

    -Quelqu’un en veut à ce gamin….il lui en veut au point d’avoir d’abord essayé de lui balancer un spot de 50kg sur la tête après l’avoir drogué et au point d’avoir fait publier un article destiné à mettre à mal sa carrière mais…

    Sam soupira.

    -Mais en fait, ça a surtout mis à mal sa première histoire d’amour  et…

    Vincent le regardait à présent avec des yeux ronds.

    -Et. ..c’est….c’est pour ça que gosse a failli faire une bêtise hier ….il….il a voulu…

    -C’est … c’est une blague ? balbutia Vincent, qui se sentait soudain très mal.

    -Non, monsieur Durant, ce n’est pas une blague…je… 

    -Il n’est pas question que j’emmène ce gosse, coupa Vincent, gardez-le !

     

    A suivre

  • En route pour...

     

    En route pour...

    Thomas Robin

    et

    Les Poussières d'une Etoile Sourire

     Michelle Huenaerts 

      T and Co Editions 

    DSC_0018.JPG

    «  Si vous écoutez le souffle de la foule ou le murmure du vent, ils vous diront sûrement que je suis le garçon le plus heureux de la terre…Mais après tout, qu’en sait le vent.» 

    Une pluie fine éclaboussait la lande, cette sorte de pluie infâme qui vous transperce de partout et vous glace chaque membre jusqu’au cœur.

    Pourtant, aujourd’hui, cette eau tombée du ciel était presque une bénédiction  puisque dans ce léger brouillard accompagnant cette fin d’après-midi, elle rendait sa silhouette floue et presque invisible aux yeux de l’autre.

    Il était monté jusqu’en haut, jusqu’au statut de « star » qu’on lui avait bâti et il était là, aujourd’hui, le cœur en lambeaux comme un tas de poussières emportées par la brume et le vent : les poussières d’une étoile qu’on appelait autrefois Thomas Robin. 

     

    Prochaine Sortie T and co Editions      loup19.gif

     

     

    Ce blog n'enregistre pas les commentaires