• Le Maître des Loups

     

     

    Thomas Robin

    Le Maître des Loups

    (sortie décembre 2010)

     

    venise Thomas1.jpg

     Thibaut Thys

    "Et là, tandis qu’il descendait vers l’aéroport de Marco Polo, il ressentait que si le génie de l’être humain ne pouvait exister qu’en un seul lieu, il ne pourrait qu’être là, dans cette ville arrachée aux eaux comme un défi aux éléments, une cause perdue sur l’avenir et un anéantissement qui viendrait forcément.  Mais en attendant, la ville brillait sous les premiers rayons du soleil dans son insolente beauté. Elle n’avait pas encore renoncé.

    « Nous ne perdrons pas, Thomas… »

    Il reprit alors espoir.  Sa cause paraissait perdue elle aussi mais en attendant il était vivant !"

     

     


  • Petites nouvelles en passant

     

     

    Bonjour Sourire

    Léger retard dû à une petite reprise de la grippe et au salon du livre de Namur . J'ai eu grand plaisir à vous y rencontrer ce week-end pour vous parler de Thomas et de la suite de son histoire.

    La joie de retrouver également les éditions "Alzabane" et "Hongfei culture" et celle de pouvoir enfin rencontrer les éditions "Volpiliere".  Chaque fois, des livres splendides et des personnes adorables ! Je leur souhaite bonne route, ils le méritent.

    http://www.alzabane-editions.com/

    http://www.hongfei-cultures.com/

    http://www.editionsvolpiliere.com/

     

    Dernière ligne droite pour l'édition du roman "Le Maître des Loups" , je pense qu'il pourra partir pour l'impression très prochainement.

    Je vous remercie pour les premières commandes enregistrées et donc pour votre confiance en notre maison.

    Mille bisous à tous 

     

    Ce blog n'enregistre pas les commentaires

  • La Porte d'Aval : partie 46

    La Porte d'Aval

    découvrez l'enfance de Thomas avant qu'il.....

    partie 46

        début

    Ici

       photo bbbbbb

     

    Partie 46

     

    Sam rit de plus belle.

    -Et vos leçons de natation, vous y avez songé ?

    -J’ai réussi à prendre un bain …pendant trente secondes ce matin…génial NON ! Parlant de cela, ajouta- t-il , demain, il faudra que je passe en ville, je dois acheter un « maillot » comme vous dites !

    -Très bonne initiative ! Ça vous vient d’où cette peur de l’eau ?

    -Aucune idée, je n’y pensais d’ailleurs plus, je croyais qu’elle était partie depuis le temps mais il y a quelques jours, j’ai rêvé que quelqu’un voulait me noyer et je me suis rendu compte qu’elle était toujours là qu’en fait, instinctivement,  j’évitais simplement de me retrouver dans des lieux où il y  avait des étendues d’eau ! Je vais vous donner un exemple, continua Thomas en se tournant vers Sam : j’emprunte souvent en bus le London Bridge avec mes amis, enfin, ajouta- t-il amèrement, avec mes ex-amis, mais je ne pourrais jamais le parcourir à pied…à moins, ajouta- t-il en souriant, d’avoir perdu tout espoir en l’existence…car je crois bien que je mourrais si je me retrouvais là !

    -En tout cas, rétorqua le jeune homme, je ne vous tuerai pas aujourd’hui , nous sommes arrivés !

    Thomas se pencha légèrement vers Sam pour consulter sa montre ,16h40, il était plus que temps !

    -Il faut malheureusement que j’y aille immédiatement, dit Sam, j’ai un tas de choses à faire et surtout à vérifier avant votre départ de samedi.

    -Ça, c’est pas de chance ! mentit Thomas qui, dès que la voiture de Sam Gallager eut disparu au coin de la rue, s’empressa de déconnecter la sonnerie de la grille.

    Voilà !

    Son père ne rentrant pas si tôt, il ne lui restait qu’un seul obstacle : maman !

    Mais c’était un terrible obstacle !

    Comment allait- il réussir à limiter la conversation avec sa mère qui ne le lâcherait sûrement pas tout de suite et à monter dans sa chambre pour redescendre aussitôt sans bruit !

    Et tout ça, en moins de vingt minutes ?

    Thomas avait déjà la main sur la poignée de la porte lorsqu’il se ravisa !

    IL ETAIT VRAIMENT STUPIDE !

    Pourquoi était- il en train de rentrer chez lui alors qu’il devait SORTIR !  pourquoi était- il en train de rentrer chez lui alors que Sam Gallager venait de lui offrir une si belle occasion en ne l’accompagnant pas à l’intérieur?

    Thomas, sans faire de bruit, retraversa le jardinet, reconnecta la sonnerie et s’assit sur le muret à l’extérieur en prenant bien soin d’être dissimulé par le rosier qui grimpait le long de la grille. 

    Le jeune garçon pensa qu’il n’aurait jamais pu se le permettre quelques mois auparavant car après la sortie du film  « Le Miroir » , la presse et les fans  avaient réussi à découvrir son adresse et avaient donc pris l’habitude de camper devant chez lui ! 

    Heureusement, tout ce petit monde était bien plus intéressé à présent à découvrir les lieux de tournage de « La Porte d’Aval »

    Aussi n’y avait- il personne devant sa maison…

    Personne à part lui, bien sûr !

    Quelle heure pouvait- il bien être à présent ?

    Le jeune garçon soupira en contemplant le trottoir.

    Il était stupide !

    Car, même…..même si elle avait eu quelque intérêt pour lui , (ce dont Thomas commençait maintenant à douter) comment aurait- elle pu croire à la sincérité de ce qu’il avait écrit sur le ticket !

    Comment aurait-elle pu croire qu’un garçon, qui devait ruser pour pouvoir se promener sans être poursuivi par les chasseurs d’autographes, soit assez fou pour communiquer sa véritable adresse à une inconnue?

    -Elle a sûrement dû penser que je me moquais d’elle, murmura-t-il.

     A suivre...Michelle Huenaerts

     

    Ce blog n'enregistre pas les commentaires

  • L'Ecorce d'or

     

    Découvrez Thomas Robin et Sam Gallager dans :

    L'Ecorce d'Or  cinema-cameras-00007

    Celui qui trouvera l'Ecorce détiendra le pouvoir......

     

    l_f8cfd680342dc67fa543a623eff89a80.jpg

    Un acteur- un inspecteur de Scotland Yard

    et

    une envolée dans la magie...  

    Le jeune homme quant à lui resta quelques instants immobile de l'autre côté du battant. Il releva sa manche pour contempler un instant le cadeau que lui avait fait, un an auparavant à Londres, l'un des tatoueurs le plus renommé de Camden Hight Street : un discret dessin représentant un oiseau ....étrange oiseau....était-ce un aigle ? un cygne ? C'était en tout cas le symbole d'un secret terrible, Thomas le savait à présent.  Une histoire qui hantait ses jours et ses nuits depuis ce fameux soir où ...J'aurais dû mourir, pensa-t-il, c'était tellement logique, évident ..."

     


    Vidéo : Nicolas Maret

     

    Ce blog n'enregistre pas les commentaires 

     

  • La Porte d'Aval : partie 45

     

     

    La Porte d'Aval

    découvrez l'enfance de Thomas avant qu'il.....

    partie 45

        début

    Ici

       photo bbbbbb

    Partie 45

     Le jeune garçon arriva à Charing Cross Road un quart d’heure plus tard .

     Demain, toute la production déménageait pour la France.  Il fallait le temps d’installer le matériel puisque le travail débutait là-bas dans un peu plus d’une semaine.

    Thomas devrait donc passer ce jeudi, pour la dernière fois, dans ce décor devenu familier…

    Pourtant aujourd’hui, tout était différent !

    Il n’arrivait plus à regarder les membres de l’équipe de la même façon !

    QUELQU’UN AVAIT ESSAYE DE LE TUER !!

    Un de ces «  faux cul » ( car le jeune garçon n’était pas dupe de ces hommes et ces femmes qui se montraient aimables avec lui parce qu’il était célèbre et qui l’auraient, sinon, probablement ignoré !) avait essayé de lui balancer une bibliothèque garantie en chêne massif et un spot de 50 kg sur le crâne…et il était là, caché au milieu de tous ces gens, à attendre une meilleure occasion de lui tordre le cou !

    Et pourtant, il fallait sourire, se concentrer sur ses dialogues, se montrer aimable…

    Le jeune garçon n’en pouvait PLUS !

    Surtout qu’il n’était guère facile de s’impliquer dans une scène en s’empressant au bout de chaque réplique de vérifier d’un coup d’œil que tous les meubles étaient en place et en s’éclipsant toutes les cinq minutes pour vérifier les cordages de fixation de chaque spot !

    Il étouffait dans cette librairie !

    La pause de midi arriva et Thomas, prétextant des maux d’estomac, ne toucha à rien et ne but même pas un verre d’eau !

    Il regarda avec rancune Sam qui, assis au bout de la table, se resservait du poulet pour la troisième fois ! et finalement, dégoûté et mort de faim, préféra quitter la table en jetant un dernier regard plein de haine en direction de son garde du corps !

    Mais finalement, à 16h, la journée de travail se termina…  et Thomas, à son grand étonnement, constata qu’il était toujours VIVANT !

    Il s’empressa de regagner la voiture et soupira de soulagement lorsque Sam Gallager démarra…

    -Vous ne pouvez pas continuer comme ça ! lança le jeune homme en ayant beaucoup de mal à ne pas sourire….sinon, la prochaine fois que vous vous évanouirez, ce sera de faim !

    -En tout cas, répliqua Thomas , d’un ton boudeur, VOUS ! ça ne risque pas de vous arriver !

    -Vous m’en voulez encore beaucoup ? demanda Sam.

    Devant l’air renfrogné de Thomas il ajouta :

    -OK, je l’ai mérité !  Mais j’ai une excuse, je ne vous connais pas depuis longtemps et… et déjà après votre dispute avec Mulder…vous sembliez aller mal alors….

    -Je souffre d’hyperventilation , jeta le jeune garçon et si vous ne me croyez pas, vous n’avez qu’à demander à mon paternel !

    -C’est quoi l’hyperventilation ? questionna Sam.

    -Et bien, par moment, expliqua Thomas, quand je suis angoissé, mon cœur s’accélère sans raison ….un peu comme si j’avais couru un cent mètres, vous comprenez ?

    Sam freina si brusquement pour éviter le pare- chocs de la voiture qui s’était arrêtée juste devant lui à un feu rouge que Thomas, bien qu’attaché par la ceinture, fut projeté de tout son poids vers l’avant !

    -Mais vous êtes complètement fou ! et puis c’est quoi cette ceinture ?

    -Elle est cassée , jeta négligemment Sam en faisant un geste de la main voulant dire : aucune importance.

    -CASSEE ! hurla Thomas…mais vous avez failli me tuer ! Vous…vous vouliez VERIFIER si je souffrais bien d’hyperventilation , c’est ça hein ?…et bien c’est gagné ! Regardez ! JE  SOUFFRE D’HYPERVENTILATION !continua le jeune garçon, qui avait effectivement beaucoup de mal à retrouver son souffle.

    Sam redémarra, fit quelques mètres et se gara.

    -Et il y a beaucoup de gens , Thomas, qui savent que vous souffrez de  cela ?

    -Probablement la moitié de la planète, répondit Thomas, à part vous bien sûr ! mais à ce rythme là, je ne souffrirai plus longtemps !

    -Qu’avez-vous ressenti avant de vous évanouir  ce fameux lundi ?

    -Je…à quoi voulez-vous en venir ?

    Sam Gallager lui fit signe de répondre d’abord à sa question.

    Le jeune garçon ferma les yeux en essayant de se concentrer sur ses souvenirs,  puis…

    -J’étouffais, j’essayais de respirer mais j’avais l’impression qu’il n’y avait pas assez d’air qui entrait dans mes poumons…et puis, il y avait ce document qui parlait de la Porte d’Aval….il y avait de l’eau …Je crois que, finalement , j’ai dû  bêtement m’évanouir de  peur...

    Il continua légèrement amer :

    -Pas mal, hein ? pour quelqu’un  qui est censé jouer les héros !

    -Vous ne vous êtes pas évanoui de peur ! répliqua Sam. Je viens d’avoir une drôle d’idée….c’est peut-être stupide mais…

    -Mais quoi ? questionna le jeune garçon.

    -Rien …répondit  Sam…c’est trop tôt ….il faudra que je vérifie !

    -Ben, vérifiez ! mais surtout, regardez devant vous ! J’ai survécu jusqu’à présent, ce n’est pas pour perdre la vie en rentrant chez moi !

    Sam éclata de rire et il reprit sa route….

    -Décidément, je devrais m’abonner à la presse « people», j’en apprendrais davantage sur vous !

    -Je ne crois pas, rétorqua le jeune garçon qui avait quelque peu retrouvé son calme, ma vie jusqu’à présent était beaucoup plus simple que tout ce que les journaux ont pu en dire…à part continua- t-il plus bas…à part bien sûr l’attentat du métro !

    -L'attentat du métro ?

    -Décidément, Monsieur Gallager, se moqua Thomas , il n’y a pas que la presse « people » que vous ne lisez pas...l’attentat de la station de Leicester Square, l’année dernière…

    -C’était vous ! coupa Sam, je savais qu’un jeune acteur avait été victime de cet attentat…mais je ne savais pas de qui il s’agissait !  Décidément, vous êtes partout !

    -C’est ça être polyvalent, répondit Thomas en souriant pour la première fois.

     A suivre...Michelle Huenaerts

  • Le Maître des loups

    Le Maître des Loups

    Sortie décembre 2010  

    Un alchimiste, le seul à avoir pu créer l'élixir le plus terrifiant et...

    un jeune acteur 

     

    maître des loups.jpg

     

    Sam ne pouvait détacher les yeux de cette petite tache au plafond.

    Humidité ?

    La tache virait par endroit à l’orange sur le plafond jaune clair.  L’orange, ce n’était pas si loin du rouge et le rouge…

    Il ferma les yeux.

    Du sang encore.

    Le Mâitre des loups-Michelle Huenaerts- T and co Editions

    Je passe en coup de vent vous faire une tonne de Bisous Sourire

      

    Ce blog n'enregistre pas les commentaires

     

  • La Porte d'Aval : partie 44

     

     

    La Porte d'Aval

    découvrez l'enfance de Thomas avant qu'il.....

    partie 44

        début

    Ici

       photo bbbbbb

    Partie 44

     

    Dix minutes plus tard, Thomas s'élançait au dehors à la poursuite de son garde du corps qui semblait,lui, l'ignorer complètement.

    -Mais qu’est-ce qui se passe?

    Sam s'arrêta devant la grille.  Il semblait hésiter...

    -Rien...rien du tout, je vous assure...

    Il s’apprêtait à franchir la porte en fer forgé mais Thomas le retint

    -Vous mentez ! dites-moi ce qui se passe, tout de suite !

    -Très bien, vous voulez savoir mais je vous préviens, vous n’allez pas aimer !

    - Je vous écoute,  au point où j’en suis…

    -Bien, Allons- y ! soupira Sam. Vous trouvez normal que vos échantillons sanguins aient disparu ?

    -Je….je ne sais pas …c’est…c’est pour ça que….Oh ! bon sang…vous m’avez fait une de ces peurs ! dit Thomas en s’asseyant sur le muret.

    -Vous trouvez normal, Thomas , d’être resté inconscient si longtemps ? Vous trouvez normal que personne n’ait réussi à vous ranimer avant et pourtant, vous n’avez même pas été blessé ! Je suis d’accord , la bibliothèque en chêne est tombée, c’est lourd une bibliothèque en chêne, le spot est tombé, lui aussi aurait dû vous tuer…..mais, grâce à ce fou de Dekker, ils ne vous ont pas atteint ! Alors, dites-moi Thomas, pourquoi êtes-vous resté inconscient tout ce temps ?

    -Mais…mais…je n’en sais rien du tout ! bredouilla Thomas.

    -Vous avez pris quelque chose avant le tournage ?

    -Quelque chose ?

    -Oui ! s’énerva Sam. Il faut vous faire un dessin ? un petit « joint » ,une petite pilule rose pour vous faire exploser la tête, ça doit être courant dans votre monde, non ?

    -Me...me droguer ? balbutia le jeune garçon complètement effaré, mais vous êtes fou, Sam ! Jamais de la vie !

    -Peut-être, continua Sam Gallager, que vous auriez pu, vous-même, faire disparaître vos échantillons…vous ou quelqu’un de votre entourage ! Je suis passé tôt ce matin et c’est comme ça que j’ai appris la nouvelle.  J'ai fait ma petite enquête et voyez-vous, je peux vous dire que subtiliser ce genre de chose est plus aisé que je ne le croyais !

    Il fit une pause et considéra Thomas qui le fixait comme s’il le voyait pour la première fois. 

    Sam se sentit soudain extrêmement mal à l’aise, il continua cependant :

    -Vous êtes tellement intelligent que ça ne vous aurait certainement pas demandé beaucoup d’efforts de faire disparaître ces prélèvements…Et ce, pour que personne ne sache les petites faiblesses du célèbre Thomas Robin ! D’où, votre petite balade dans les couloirs ...ce n’était pas pour voir Dekker, n’est-ce pas ? D’ailleurs, vous vous êtes vous- même trahi quand vous avez demandé à l’infirmière de me dire que vos échantillons avaient disparu !

    -Mais …mais, c’est faux  répondit Thomas déboussolé, j’ai….j’ai raconté n’importe quoi à l’infirmière …Est-ce que j’ai l’air d’un drogué ?

    -Ah Non ! jeta Sam, vous n’en avez pas l’air, je dois admettre que vous êtes un très bon comédien !

    Thomas fixa Sam avec effarement ,il lui avait fait confiance et tout s’écroulait!

    - Pas ça, s’il vous plaît ! c’est trop injuste, comment pouvez- vous croire ça ?

    Sam Gallager considéra un moment le jeune garçon.  Etait- il réellement possible que Thomas lui mente à ce point ? Instinctivement, Sam ressentait de l’affection pour Thomas, mais tout le monde ne ressentait- il pas de l’affection pour Thomas ?  Alors, n’était- il pas simplement en train de le mener en bateau, n’était- il pas en train de lui jouer le rôle parfait de la pauvre petite victime qui n’a rien fait ?

    Le jeune garçon releva la tête et Sam vit que ses yeux avaient  pris une teinte plus claire, presque transparente…..

    Thomas détourna alors la tête et murmura sur un ton glacial qui contrastait étrangement avec le désarroi que Sam avait lu dans  son regard :

    -Nous y allons, Monsieur Gallager ?

    Il s’apprêtait à se relever mais le jeune homme le repoussa doucement en arrière.

    -Non , attendez Thomas …je…je vous demande pardon ...je vous crois , dit- il  en soupirant.

    Sam s’assit alors à côté du jeune garçon.

    Thomas releva la tête et Sam le vit essuyer une larme sur sa joue du revers de sa manche.

    -En un sens, ajouta le jeune homme, c’est terrible mais j’aurais presque préféré cette version parce que sinon ça signifie…Est-ce que quelqu’un vous a donné quelque chose à boire ou à manger avant le tournage ?

    -Juste…juste un jus de fruit, répondit Thomas d’une voix à peine audible. Pourquoi ?

    -Parce que si …enfin, si vous ne prenez rien…alors, ça signifie que la personne qui a voulu vous tuer est plus déterminée que nous le pensions….et que c’est à vous qu’elle en veut, Thomas, pas à la production !

    -Mais….mais…. pourquoi ?

    -Parce que, dans ce cas , je n’en suis pas certain…mais je pense que tout était prémédité, répondit Sam .

    Il hésita quelques secondes puis …….

    -Je…..je pense que vous avez été drogué…votre malaise a été provoqué. En fait, soupira- t-il en considérant Thomas qui devenait blême, je pense que celui qui a coupé la corde voulait être sûr que vous ne bougeriez pas !  que vous ne vous en tireriez pas ! Sinon, pourquoi vos échantillons sanguins auraient- ils disparu ? ça n’aurait pas de sens… En fait, cette ordure n’avait pas prévu que Steve Dekker vous sauverait et que votre père ferait faire des analyses...mais si on avait eu les résultats…. 

    -Si on avait eu les résultats, poursuivit Thomas complètement bouleversé, on…on  aurait retrouvé quelque chose dans mon sang ?

    -C’est ma théorie, répondit Sam….mais quoi ,voilà toute la question ! 

     

    A suivre ...Michelle Huenaerts